..."/>

Sécurité sociale : La CNSS devient une référence en Afrique Centrale

Mme Agnès Mwad

 Mme Agnès Mwad aux commandes du BLAISAC, l’Intersyndical national salue son travail
Par DMK

L’immeuble totalement rénové abritant la Direction générale de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) a servi de cadre, le mardi 05 2019, à une rencontre entre Mme Agnès Mwad Nawej Katang, Directrice Générale de la CNSS, et les membres de l’Intersyndical national conduit par le président national Guy Kuku.  Cette rencontre initiée par la patronne de la CNSS qui, soit dit en passant, vient de prendre les commandes du Bureau de Liaison de l’Association Internationale de la Sécurité Sociale en Afrique centrale (BLAISAC), avait pour objectif de faire l’évaluation de l’état d’avancement de paiement des allocations familiales.

En effet, il a été constaté que depuis la mise en œuvre de la Loi No 16/009 fixant les règles relatives au nouveau régime de sécurité sociale en République Démocratique du Congo, certains employeurs n’ont pas encore bien assimilé cette réforme. Conséquence: plusieurs travailleurs affiliés à la CNSS ne remplissent pas convenablement les annexes devant donner lieu au paiement des allocations familiales conformément aux innovations contenues dans la nouvelle Loi sur la sécurité sociale promulguée depuis le 15 juillet 2016 et entrée en application depuis le 15 juillet 2018.

C’est qui explique en grande partie les difficultés que rencontre la CNSS dans le paiement des allocations familiales.
A l’issue de la rencontre avec Mme Agnès Mwad Nawej Katang, Directrice Générale de la CNSS, le coordonnateur de l’Intersyndical national, M. Guy Kuku, est sorti très satisfait des explications fournies par la patronne de la CNSS.

Après l’entretien très édifiant avec Mme Agnès Mwad, les membres de l’intersyndical national ont eu droit à une visite de l’immeuble abritant la Direction générale de la CNSS dont les installations ont été réhabilitées de fond en comble. Un travail dont la qualité saute aux yeux et fait désormais de cet immeuble de six étages l’un de beaux édifices du boulevard du 30 Juin, à Gombe, le centre des affaires de la capitale congolaise.

Le siège régional du BLAISAC bientôt à Kinshasa

Impressionné par le nouveau cadre de travail et l’organisation mis en place par la patronne de la CNSS, l’Intersyndical national n’a pas tari d’éloges à l’endroit de Mme Agnès Mwad et son comité  pour le grand travail que cette mandataire hors pair  ne cesse d’abattre au sein de cet établissement public qui est devenu une grande référence en matière de sécurité sociale sur le continent, particulièrement en Afrique centrale.

Ces réalisations se traduisent aussi par l’acquisition d’un important charroi automobile pour la mobilité de différents services, l’informatisation de divers services agents, la régularité de paiement tant des prestations sociales aux pensionnés que des allocations familiales, ainsi qu’une gestion orthodoxe du vaste patrimoine immobilier de la CNSS à Kinshasa comme dans l’arrière-pays.
Les éloges faits à Mme Agnès Mwad et son équipe interviennent alors que cette mandataire exceptionnelle s’apprête à prendre les commandes du Comité du Bureau de Liaison de l’Association Internationale de la Sécurité Sociale pour l’Afrique centrale, BLAISAC en sigle. Cette désignation fait suite aux travaux du séminaire technique sur l’harmonisation des législations des régimes de protection sociale en Afrique Centrale tenus du 9 au 11 septembre 2019 à Kinshasa.

Avec cette désignation, la République Démocratique du Congo va devoir abriter, à partir de janvier 2020, le siège de cette organisation régionale. Un motif de fierté nationale qui démontre que le bon travail abattu par Agnès Mwad Nawej Katang à la CNSS. C’est tout à l’honneur de la république démocratique du Congo qui est un grand pays au cœur de l’Afrique

 Quelques innovations de la Loi 16/009  

Il sied de rappeler que la Loi No 16/009 portant nouveau régime de sécurité sociale promulguée depuis le 15 juillet 2016 mais entrée en vigueur depuis le 15 juillet 2018 est venue résoudre les lacunes liées à l’application restreinte voire discriminatoire du Décret-loi du 29 juin 1961 dont la couverture ne concernait que quelques villes du pays.

Parmi les innovations figurent, entre autres,  la couverture de tout le pays en matière d’allocations familiales, l’égalité entre l’homme et la femme concernant l’âge de départ à la retraite (65 ans), les prestations prénatales et de maternité ainsi que la participation des partenaires sociaux à la gestion du régime.

*

*

Monter

Login

Lost your password?