..."/>

Invité d’honneur du Forum de Paris : F. Tshisekedi plaide pour une « coalition mondiale » autour de la paix

forum de paris sur la paix 2019 felix et macron

Présent au Forum qui vient de s’ouvrir à paix,  le président congolais s’est exprimé au nom de l’Afrique le mardi 12 novembre 2019  et a proposé l’idée d’une coalition mondiale pour le rétablissement de la paix dans le monde
Par DMK

« Il suffit de le vouloir ensemble, et nous y parviendrons. Il y va de notre responsabilité commune et l’histoire nous jugera. Je serais tenté de proposer une véritable coalition mondiale pour le rétablissement de la paix, ingrédient nécessaire pour le développement du monde », a déclaré le président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo dans son discours.

Il a, à cette occasion, proposé un agenda commun pour y arriver : « Pour préserver la paix, nous devons partager avec les autres, engager un débat sur les solutions évoquées par les uns et les autres (…). Pour FATSHI, il est possible d’avoir un agenda commun, intégrant un certain nombre de valeurs transversales et donnant à l’homme et à la planète, la primauté de nos efforts (…) »

Selon lui,  la paix n’est pas que le silence des armes : « Pour gagner la paix, chaque homme, chaque État doit s’interroger sur sa contribution à la solution des défis qui menacent l’humanité, notre patrimoine commun (…). Car la paix ce n’est pas seulement le silence des armes, mais c’est aussi l’apport des réponses aux problèmes liés à la jeunesse, à la famine, au dérèglement climatique et aux problèmes de santé publique comme les épidémies à virus ».

Le Président congolais pense aussi que l’Afrique peut faire partie des solutions : « L’Afrique en général, avec sa position géostratégique, sa population jeune et ses ressources naturelles, doit cesser d’être un problème pour le monde, mais plutôt devenir un maillon important de la solution aux problèmes du monde », a-t-il déclaré.

Parlant du cas de la RDC, le numéro 1 congolais a  salué la bravoure de son  peuple qui, selon lui, «  a subi dans sa chair et sur son sol un condensé d’horreurs dû à l’absence de la paix (…). Mais, malgré cela, sa force de résilience et son attachement aux valeurs de la paix sont restés intacts. C’est pourquoi, nous l’avons engagé dans une lutte acharnée contre les antivaleurs ».

Dialogue et solution militaire pour la paix

Pour  FATSHI, le rétablissement de la paix dans son pays passe par  une solution militaire, mais aussi le dialogue entre communautés et les réponses aux problèmes de la jeunesse. « La RDC peut être considéré comme le pays qui  a payé le prix le plus fort du conflit. Les efforts ont été fournis pour la pacification du pays. Et aujourd’hui, cinq provinces seulement restent frappées par l’insécurité. Tout en étant convaincu de l’efficacité de la solution militaire, je pense qu’il faudrait élaborer un programme de sensibilisation de la population et du dialogue entre les différentes communautés.

La solution militaire s’impose pour combattre les groupes armés, certes, mais en plus de cela il faut répondre au problème de la jeunesse qui a besoin de plus d’encadrement, plus de démocratie et d’emplois », a t-il ajouté. Le Forum de Paris réunit plusieurs centaines d’intervenants venus du monde entier et de divers secteurs. Parmi les participants figurent des représentants des gouvernements locaux et nationaux, des organisations internationales, des ONG, de grandes entreprises, des organismes philanthropiques, des universités ou médias.

Cette approche multi-acteurs veille à un équilibre entre les secteurs, thèmes et zones géographiques. Tous les intervenants – personnalités de haut niveau, experts de la gouvernance mondiale ou acteurs de la société civile – prennent part au dialogue en apportant des solutions plutôt qu’en discutant des problèmes.

Le Forum qui se tient dans la capitale française se présente comme une plateforme pouvant permettre à tous les acteurs étatiques et non-étatiques de jouer un rôle majeur dans la coopération internationale en faveur de l’action collective. Ces intervenants de renom apportent leur expertise, grâce un programme riche et innovant qui couvre à la fois des sujets spécifiques ainsi que des thèmes transversaux.

Rencontre réussie avec  la diaspora de France

Comme lors de sa rencontre de septembre dernier, à Bruxelles, avec les Congolais vivant en Belgique, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo Tshisekedi a mis à profit son séjour en France pour s’entretenir avec les Congolais vivant dans ce pays, en marge du Forum pour la Paix organisé dans la capitale par Emmanuel Macron.

La rencontre de FATSHI avec la diaspora congolaise s’est tenue aux docks d’Aubervilliers, où quelques « combattants » qui dénonçaient l’alliance contre-nature du président congolais avec Joseph Kabila, ont été tenus à distance par la police. A l’intérieur d’une salle chauffée à blanc, c’est aux cris de « Fatshi Béton », en référence aux grands travaux promis par le président congolais, que plusieurs milliers de Congolais étaient venus soutenir leur poulain.

Le chef de l’Etat congolais a martelé une nouvelle fois son unique message à destination de la diaspora en Europe : « rentrez au pays ! ». Félix Tshisekedi compte en effet sur les Congolais de l’extérieur pour « redresser le pays ». « Je serai à l’aise si vous rentrez dans votre pays pour le relever », a confié le président.

Son discours sur le nécessaire retour à la paix a été particulièrement applaudi par la diaspora vivant en France: « Je ne m’arrêterai jamais tant que la paix ne sera pas revenue dans l’ensemble du pays ». Il a saisi cette occasion pour saluer la bravoure des FARDC qui ont lancé « une grande offensive pour reconquérir les territoires occupés par les ennemis qui en veulent à nos minerais ».

A ceux qui lui reprochent de ne pas vouloir « fouiner dans le passé » pour punir les crimes commis au Congo avant sa prise de fonction, le président congolais a rétorqué  en ces termes : « Pour ceux qui veulent que justice soit faite… oui, justice doit être faite, mais pas n’importe comment ». Et d’ajouter : « Si je me lance dans une telle entreprise, est-ce que je pourrai encore servir le Congo et les Congolais ? Je ne crois pas. C’est pourquoi je vais renforcer les pouvoirs de la justice (…) dans le présent, comme dans le passé ! ». Et sur la lourde thématique de l’impunité, Félix Tshisekedi a fait un pas supplémentaire vers la création « un jour, d’un tribunal pénal pour les crimes commis au Congo ».

Infrastructures, gratuité de l’enseignement

Devant la diaspora congolaise vivant en France, F. Tshisekedi a ensuite endossé le costume de « Fatshi Béton », le « bâtisseur », en rappelant son programme des 100 jours sur la construction de nouvelles infrastructures. Il a à ce sujet  annoncé la signature prochaine de la construction du port en eaux profondes de Banana. Idem pour la construction du pont route-rail entre Kinshasa et Brazzaville… même si le texte de l’accord est encore à l’étude.

Le président congolais a toutefois reconnu des difficultés dans la mise en place de la gratuité de l’enseignement à cause « des maigres moyens que nous avons », mais le cap sera maintenu. Sur le plan politique, Félix Tshisekedi s’est expliqué sur son alliance avec Joseph Kabila. « Il n’y a pas eu de triche » aux élections et « pas de trahison » en s’alliant avec le FCC de l’ex-président Kabila qui est arrivé en tête des législatives. « Nous avons même très bien réussi » a expliqué Félix Tshisekedi. « CACH représente seulement 10% des députés alors que nous avons 35% des ministres au gouvernement ».

Concernant la polémique sur ses nombreux voyages à l’extérieur, FATSHi rétorque : « Ces voyages ne sont pas des vacances».  Avec mes collaborateurs, je cherche des investisseurs, je les rassure pour qu’ils créent des emplois au Congo. Nous avons déjà ramené plus d’1,5 milliard grâce à ces voyages qui n’ont même pas coûté 50 millions de dollars ».

Félix Tshisekedi a clôturé son entretien avec la diaspore en promettant  « un Congo qui doit changer et  un Congo nouveau ! ».  Message bien reçu par ses soutiens venus l’applaudir à Paris.

*

*

Monter

Login

Lost your password?