..."/>

Pour mettre fin à la fragmentation du territoire de la RD Congo : Aggée Aje Matembo sollicite l’appui à la réforme de l’aménagement du territoire

ministre Aménagement du territoire Aggée Aje Matembo

Le ministre de l’Aménagement du territoire a indiqué que le  Gouvernement et à la Présidence de la République sont les acteurs clés dans le processus de validation politique des livrables attendus
Par Marcel Tshishiku

Le ministre de l’Aménagement du territoire a sollicité, jeudi 7 novembre, l’implication de hautes instances de l’appareil étatique congolais dans la réforme de son secteur d’activités. Le ministre Aggée Aje Matembo s’est ainsi exprimé lors d’une séance de plaidoyer organisé par son ministère, en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), dans la salle Virunga de l’hôtel Memling, à Gombe, une commune de la ville de Kinshasa.

Il a précisé que ce plaidoyer s’adresse particulièrement au Gouvernement et à la Présidence de la République car, de son avis, ces deux institutions sont des acteurs clés dans le processus de validation politique des livrables attendus de la réforme dont l’aboutissement amènerait à résoudre les problèmes de fragmentation territoriale, de destruction des écosystèmes et de superposition des usages des terres pour un développement durable du Congo Démocratique.

Après avoir défini l’aménagement du territoire comme l’organisation spatiale, son utilisation et occupation rationnelle, sa valorisation économique pour le bien-être de la population et de l’amélioration de son cadre de vie, Aggée Aje Matembo a circonscrit le contexte de l’aménagement du territoire en RDC et les conséquences dues aux maux dont il souffre.

Il a, ensuite, affirmé que la réforme de l’aménagement du territoire est nécessaire pour appuyer la prise de décisions éclairées en matière d’affectations des terres et d’octroi de droits d’usage ; anticiper sur les causes des conflits d’occupation des sols ; assurer un meilleur avenir pour toutes et tous par une meilleure exploitation des ressources naturelles du Congo Démocratique.

Plans provinciaux et locaux d’aménagement

Parmi les défis de l’aménagement du territoire, le ministre a cité, de manière non exhaustive, la lutte contre la pauvreté des populations, la maîtrise de l’urbanisation et la préservation de la biodiversité, avant de parler des enjeux et vocation, des orientations stratégiques, de la problématique de chevauchement d’exploitation des ressources naturelles, sans oublier d’énumérer les outils et instruments de la planification spatiale en RD Congo. Ces outils sont notamment  la politique nationale et la Loi-cadre sur l’aménagement du territoire, ainsi que le schéma national d’aménagement du territoire et les guides méthodologiques pour l’élaboration des plans provinciaux et locaux d’aménagement.

Enfin, le ministre Aggée Aje Matembo s’est appesanti sur les liens de la réforme de l’aménagement du territoire avec les Objectifs de développement durable (ODD), démontrant qu’une fois les outils et instruments de la planification spatiale seront mis en œuvre, le Congo Démocratique atteindra, à l’horizon 2030, plusieurs ODD.  Il a remercié les partenaires techniques et financiers, à savoir Initiative pour la forêt d’Afrique Centrale (CAFI), le Fonds national REDD et le PNUD.

Validation politique des instruments juridiques

A travers son représentant résident a.i., Laurent Rudasingwa, le PNUD a, pour sa part, déclaré que l’absence de  la réforme de l’aménagement du territoire en RD Congo compromettrait sérieusement les progrès enregistrés à ce jour en matière de développement et que, par conséquent, l’implication de toutes les parties prenantes dans le processus de réforme en cours est plus qu’indispensable.

« L’évènement de ce jour s’inscrit dans le cadre de la validation politique des instruments juridiques prévus dans le cadre de la réforme de l’aménagement du territoire dont l’élaboration est en cours », a poursuivi le représentant résident a.i., soutenant que ce processus appuyé par le PNUD vise à doter la République Démocratique du Congo des 4 outils ou instruments sus évoqués et que, dans plusieurs pays du monde, l’aménagement du territoire,  qui était compris à ses origines comme un acte politique et volontariste de l’Etat central chargé d’organiser l’espace national, est devenu un domaine transversal, multisectoriel et fédérateur croisant les actions de plusieurs acteurs et de différents échelons de gouvernance de l’espace national.

Approche intersectorielle et consensuelle

Le représentant résident a.i. a également expliqué que, pour la RD Congo qui est un territoire immense doté d’un nombre diversifié de ressources naturelles, l’aménagement du territoire offre une opportunité unique pour engager le pays dans une approche spatiale et harmonieuse de son développement économique et social équilibré et que les enjeux, comme les défis d’une telle démarche, nécessitent des réponses appropriées en termes de continuité, d’équité, de cohésion territoriale ainsi que de croissance économique, de développement d’infrastructures, de gestion durable des ressources naturelles, de contrôle de flux migratoire et de croissance démographique.

Pour terminer, Laurent Rudasingwa a affirmé qu’en tant que processus de décision publique, l’aménagement du territoire doit intégrer l’information, la participation, la concertation entre les acteurs dans une approche intersectorielle et consensuelle.

*

*

Monter

Login

Lost your password?