..."/>

Lors d’une matinée d’échange organisée au Kongo central avec l’appui d’OSISA : La Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées expliquée à Kisantu

FENAPHACO

La Fédération nationale des associations des personnes handicapées du Congo (FENAPHACO) a expliqué, le jeudi 14 novembre, le contenu de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées et son Protocole facultatif, aux chefs des juridictions judiciaires, magistrats, avocats, officiers de police judiciaire (OPJ), défenseurs judiciaires, greffiers, membres des organisations des personnes handicapées et organisations de défense des droits de l’homme, tous prestant dans la province du Kongo central, en République Démocratique du Congo.

La FENAPHACO a fourni ces explications à travers son coordonnateur national, Me Patrick Pindu-di-Lusanga, lors d’une matinée d’échange et de plaidoyer qu’elle a organisée dans la cité de Kinsantu, territoire de Madimba, avec le financement des ONG internationales « Open society initiative for South Africa » (OSISA) et « ODR ».

Elle a également présenté l’état des lieux de la situation socioéconomique et politico juridique des personnes handicapées en RD Congo qui, selon les statistiques tirées des sources dignes de foi, est le pays qui abrite le plus grand nombre de ces personnes vulnérables au monde, avec 13 millions, 841 mille, en majorité analphabètes, exclues de la gestion de la chose publique, chômeurs, non scolarisées etc.
La FENAPHACO a commencé par rappeler que la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées est entrée en vigueur le 13 décembre 2006 et qu’en vertu de cette Convention déjà ratifiée par le Gouvernement de la République, les personnes handicapées ne sont plus des sujets de charité, mais des sujets de droit.

L’organisme  a invité les participants à la matinée à s’approprier cet instrument juridique international et à joindre leurs efforts aux siens pour poursuivre la sensibilisation dans leurs milieux respectifs. Ces participants provenaient des territoires de Kasangulu, Banza-Ngungu et Madimba Par l’entremise de Me Augustin Munzibala et Me Maurice Kusekula, tous deux avocats près la Cour d’appel dans la ville de Kinshasa au même titre que Me Pindu-di-Lusanga, la FENAPHACO a, enfin, présenté le Rapport technique mi-parcours de son Programme d’appui à l’accès à la justice et assistance judiciaire des personnes handicapées, telles qu’appliqué dans les provinces de Kinshasa, Kongo central, Kwilu, Kwango et Kasaï central.

Ce rapport révèle les informations collectées dans ces provinces après l’identification des personnes handicapées détenues, leurs conditions de détention, le traitement et le suivi de leurs dossiers judiciaires par les avocats précités, qui travaillent gratuitement et à qui s’ajoutent Me Jolie Kinkela, ainsi que les défenseurs des droits de l’homme Charles Mambu  Kenzo, Jean Mayele Maku, Jean Makila Ngaiber et Thérésia Muamba. L’intervention de ces juristes a débouché sur plusieurs cas de liberté provisoire accordée aux personnes handicapées détenues, de jugements en leur faveur, de dossiers classés sans suite et de relaxation définitive, dans un contexte marqué par d’énormes difficultés rencontrées sur le terrain, des irrégularités dans le fonctionnement de la justice et traitement des dossiers, des conditions médiocres de détention.

Par Marcel Tshishiku

*

*

Monter

Login

Lost your password?