..."/>

Sous le régime Kabila, la Présidence a dépensé neuf fois le budget voté par l’Assemblée nationale !

Christian Mwando Nsimba Kabulo

Même constat désolant aux ministères des Finances et du Budget
Par YHR

Selon Christian Mwando Nsimba Kabulo, député de Moba (province du Tanganyika), proche de l’Opposition, sous le régime Kabila, la Présidence a dépensé neuf  fois le budget voté par l’Assemblée nationale. Interrogé par le quotidien belge La Libre Belgique, l’élu a expliqué que le cabinet du président de la République sortant, Joseph Kabila, s’était vu fixer dans le dernier budget, pour son fonctionnement, un montant de 51 milliards de FC. Les ministères des Finances et du Budget ont autorisé qu’on lui verse… 200 milliards de FC, soit quatre fois plus. « Et quelle est la somme qui lui a été effectivement versée? », dit M. Mwando: « 465 milliards! Soit neuf fois ce qui avait été budgétisé pour ce poste! », s’est indigné l’élu.

Consommé en un an ce qu’ils auraient dû utiliser en sept ans !

Ce dépassement manifeste n’est pas le seul. « C’est le même schéma aux ministères des Finances et du Budget. Le premier s’est vu octroyer un budget de 13,7 milliards de FC; il s’est autorisé un versement de… 83 milliards et il a reçu en paiement 98,8 milliards, soit 716% d’exécution », autrement dit, il a touché sept fois plus d’argent que ce qui lui avait été attribué par le législateur. Pour le ministère du Budget, on reste dans les mêmes eaux: 13,8 milliards de FC prévus; 88,6 milliards autorisés et 100,32 versés. « Cela veut dire que ces ministères – qui devraient donner l’exemple – ont consommé chacun en un an ce qu’ils auraient dû utiliser en sept ans », a insisté Mwando. « Et ils ont utilisé de l’argent public sans base légale pour le faire. On a un problème sérieux, là ».

« Dépenses de prestation »

Le député s’est dit  aussi heurté  par la façon  dont ont été menées les « dépenses de prestation », soit le total des frais de location, de mission … du Gouvernement. Par exemple, 261 milliards de FC avaient été prévus par les parlementaires. 346 milliards ont été autorisés par les ministères des Finances et du Budget. 674 milliards ont effectivement été décaissés, « ce qui représente un dépassement de 413 milliards, c’est-à-dire de 256 millions de dollars si on calcule au taux moyen du cours en 2018, soit 1614 FC pour un dollar », explique  Christian Mwando.

Des fonds  pris dans d’autres postes

Où la Présidence et ces deux ministères ont-ils pris l’argent qui ne leur était pas attribué ? « Dans d’autres postes », révèle l’homme qui a été  ministre des Finances dans l’ex province du Katanga. « Ce qui explique que de nombreux projets n’ont pas été exécutés: sur 1406 projets votés par les parlementaires, pour un montant de 1,6 milliard de dollars, très peu ont été exécutés. Il y en a 1173 qui n’ont pas été exécutés du tout. Il y a aussi 44 projets, qui ont coûté 467 millions de dollars, qui n’avaient pas été prévus; c’est donc un détournement de crédits. Et il y a 75 projets qui ont été budgétisés mais qui ont coûté quatre fois plus cher que ce qui était prévu par les parlementaires ». La Commission Eco-Fin de l’Assemblée nationale a reçu sept jours pour examiner le projet de loi de reddition des comptes et présenter des propositions.

Gabegie

Toutes ces révélations interviennent alors que l’Assemblée nationale examine le projet de loi de reddition des comptes pour 2018.  A cette occasion, des députés ont dénoncé la gabegie observée cette année-là de la part du Gouvernement de Bruno Tshibala Nzenze, notamment à la Présidence. Ce sont des fautes de gestion pour lesquelles Henri-Thomas Lokondo Yoka, le député de Mbandaka, issu du Front Commun pour le Congo (plateforme politique pro Kabila), a réclamé des « sanctions rigoureuses et exemplaires ».

Selon le ministre des Finances, José Sele Yalaghuli, le budget 2018, fixé à 6 milliards de dollars, a été exécuté à 88,9% pour les recettes et à 91,15% pour les dépenses – ce qui représente un dépassement de 150 millions de dollars, qui ont été empruntés à la Banque centrale, aujourd’hui bien démunie. « Toutes les années, c’est la même chose », s’est énervé le député Lokondo, qui souligne que, selon le rapport de la Cour des Comptes, le gouvernement Tshibala a exécuté des dépenses non prévues dans le budget pour un montant de 754 milliards de francs congolais (FC), soit 444 millions de dollars. Une faute pour laquelle, signale  le député de Mbandaka, la Cour des Comptes demande elle-même des sanctions aux parlementaires.

*

*

Monter

Login

Lost your password?