..."/>

Pour mettre fin à l’insécurité au Nord-Kivu : Des appuis militaires aux FARDC-MONUSCO à Beni réclamés

CREATOR: gd-jpeg v1.0 (using IJG JPEG v62), quality = 75

Hormis certains pays voisins, des troupes peuvent provenir des puissances occidentales et de la SADC
 Par GKM

 Dans un document daté du 26 novembre 2019, la Voix des Sans Voix pour les droits de l’homme (VSV), une organisation de droit congolais de défense et de promotion des Droits de l’homme, se dit préoccupée par la situation d’insécurité qui sévit dans la partie Est de la RDC, plus précisément à Beni et ses environs.

La VSV salue l’initiative prise par le Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, à l’issue du Conseil national de sécurité élargi à la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation du Congo (MONUSCO) en faveur de l’installation du Quartier Général avancé des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) à Béni et de la mise en œuvre des opérations conjointes FARDC-MONUSCO.

La VSV se félicite d’ores et déjà des succès récoltés sur terrain par les FARDC dans la traque des forces négatives parmi lesquelles les ADF.  Mais cette organisation fondée par l’emblématique défenseur des droits de l’homme Floribert Chebeya suggère le déploiement des troupes armées étrangères pour appuyer les FARDC et la MONUSCO en vue de mettre fin à l’insécurité à Beni. La proposition de la VSV intervient après celle du Dr Denis Mukwege, le Prix Nobel de la Paix 2018 qui a suggéré le déploiement des troupes d’élite sous forme d’Artémis à Beni pour stopper les massacres et les tueries à Beni.

« Compte tenu de la persistance quasi permanente de l’insécurité à l’Est de la RDC et plus particulièrement à Béni, la VSV, tout en saluant les efforts des FARDC et l’appui de la MONUSCO, croit qu’il est temps pour le Chef de l’Etat congolais, Garant de la Nation et Commandant suprême des FARDC, de solliciter et d’obtenir le concours des troupes étrangères, hormis celles de certains pays voisins compte tenu de la crise de confiance entre elles et les populations locales.

Point n’est besoin de rappeler que de nombreux Chefs d’Etats africains dont le Marechal Mobutu avaient remporté des victoires incontestables sur des rebellions et agressions en faisant appel aux troupes des pays amis épris de paix et de justice », a suggéré la VSV.

Une sauvagerie extrême

Dans son document, la VSV souligne avec regret que les massacres de paisibles citoyens vivant dans cette partie du pays ne cessent de se multiplier, à telle enseigne que le dernier bilan fait état de plusieurs dizaines de personnes tuées pour le seul mois de novembre 2019.

Evitons la manipulation contre la MONUSCO

Tout en comprenant la frustration et la déception de cette population meurtrie à outrance par le carnage, la VSV l’invite à ne pas répondre à la violence par la violence et à revendiquer pacifiquement ses droits légitimes dont le droit à la paix et à la sécurité.  La VSV condamne avec véhémence le recours aux armes létales par les forces de l’ordre et regrette que le lundi 25 novembre 2019, les éléments des forces de défense et de sécurité aient usé des armes contre les manifestants dont quatre ont été tués.

Ce qui a endeuillé davantage la population de Beni, regrette la VSV. L’organisation exprime toute sa compassion à la population de Beni et aux familles durement éprouvées et proteste vivement contre la martyrisation perpétuelle de ce  territoire du Nord-Kivu depuis de longues années par des affairistes internes et externes.

Pistes de solution pour Beni

Au regard de la situation qui sévit à Beni, la VSV invite le Chef de l’Etat et le Gouvernement rd congolais à renforcer davantage les capacités opérationnelles sur terrain des FARDC en vue d’éradiquer tous les groupes armés encore actifs à l’Est du pays et à Béni. L’association invite Fatshi (Félix Antoine Tshisekedi) à solliciter et à obtenir l’appui des puissances armées euro-américaines et africaines, hormis certains pays voisins, en vue de mettre définitivement un terme à l’insécurité à l’Est de la RDC.

Le Chef de l’Etat, en sa qualité de Commandant suprême des FARDC, est prié par la VSV à procéder à la permutation des officiers généraux et supérieurs des FARDC dont l’action n’est pas concluante à l’Est de la RDC. Fatshi doit diligenter une enquête sur les allégations de complicité interne à différents niveaux concernant la situation d’insécurité à l’Est du pays et les massacres récurrents à Béni.

La VSV invite le gouvernement Ilunkamba à assurer la prise en charge des funérailles des victimes et à indemniser toutes affaires cessantes leurs familles respectives.  L’organisation fondée par Floribert Chebeya appelle la population de Beni à demeurer de plus en plus vigilante et à dénoncer toutes les forces négatives infiltrées en son sein en usant des méthodes pacifiques pour revendiquer ses droits à la sécurité, à la paix et au bien-être.

*

*

Monter

Login

Lost your password?