..."/>

Aide supplémentaire des USA à la RDC : Ce que préconise le Ministre d’Etat Manjolo

Guillaume Manjoloministère de la Coopération Internationale et Paul Sebatine Usaid

La RD Congo, par le biais de son ministère de la Coopération Internationale, Intégration Régionale et la Francophonie, et les Etats-Unis d’Amérique, à travers  le canal de leur agence, Usaid, ont signé l’Accord-cadre sur l’octroi de 600 millions USD supplémentaires d’aide au développement du Gouvernement congolais au Gouvernement rd-congolais dans les secteurs de la santé, de l’éducation et de l’agriculture.
Un Accord-cadre signé, le 21 novembre dernier, du côté congolais par le ministre d’Etat en charge de la Coopération Internationale, Intégration Régionale et Francophonie, Pépin Guillaume Manjolo, et le directeur de Mission de l’Usaid en RD Congo, Paul Sabatine. Chapeau bas à ce membre du Gouvernement congolais, qui a  obtenu d’un pays ami un tel financement affecté dans les secteurs de la santé, de l’éducation et de l’agriculture

Ainsi, à travers son mot de remerciement au Gouvernement américain, Maître P. Guillaume Manjolo a soutenu d’être engagé désormais pour une « coopération internationale de partenariat ». Il a relevé, à cet effet, que: « je fais partie d’une civilisation qui a toujours entrepris, et d’une génération qui refuse d’assistanat. Partant, je vous saurais infiniment gré d’intégrer que dorénavant, la RDC et les USA marchent ensemble non comme parasites, mais plutôt comme partenaires, l’un ayant toutes les matières premières du tableau périodique de (Mendeleïev), l’autre     ayant l’expertise et les avancées technologies ».

A l’occasion de la signature de cet accord-cadre, il faut souligner que, le ministre d’Etat Manjolo avait commencé par rappeler les liens historiques qui unissent la RDC et les USA, datant de 1885 grâce à des auteurs comme Mark Twain et les dirigeants américains voulant créer une société réformant l’Etat indépendant du Congo à la suite des malheureuses exactions commises sur le territoire congolais. Il a, ainsi, parlé que ces deux pays sont liés non seulement sur le plan culturel, amical, mais aussi l’âme congolaise est liée aux USA.

Le ministre d’Etat en charge de la Coopération Internationale, Intégration Régionale et Francophonie a aussi souligné que dans le cadre du partenariat désormais mis sur pied entre les USA et la RDC, fondé sur les valeurs et les intérêts de ces deux pays, le Gouvernement américain est déterminé à accompagner le Congo dans son développement durable dans un portefeuille de programme diversifié dans les secteurs de la santé, de l’éducation et de l’agriculture.

Aussi, pour ce ministre d’Etat, la RDC sera au centre du monde, puisse qu’elle possède l’essentiel du cobalt permettant la transition énergétique, de même que les USA sont soucieux de mettre en place la traçabilité des matières premières, quant à leur licéité et leur exploitation. Et de relever; « nous partageons ensemble le souci permanent de l’homme, de la femme et de l’enfant congolais ».

Maître Pépin Guillaume Manjolo avait fait, aussi, à l’illusion aux propos du directeur de Mission de l’Usaid, en relevant le travail mérité du docteur Muyembe dans le domaine de la santé, le premier spécialiste au monde dans la lutte contre le virus Ebola et avoir créé le vaccin contre cette maladie, toujours avec l’assistance américaine. C’est pourquoi pour lui, cette confiance des USA recommande de la part de la RDC d’observer certaines règles salutaires permettront d’asseoir cette coopération stratégique entre les deux pays.

C’est ainsi qu’il a également soutenu que; « nous respectons déjà la règle de la démocratie; nous sommes le pays de l’Afrique centrale le plus avancé dans le processus démocratique. Vu la taille de notre pays, sa diversité culturelle et les 450 peuples qui composent ce pays, être en mesure de faire une passation pacifique du pouvoir et sur fonds propre, c’est quelque chose d’immense qui devrait être saluée par tous nos partenaires, et être accompagné. Ce n’est pas parfait, bien entendu, mais au moins nous, on l’a fait.

Personne ne l’a fait avant nous ».

Et d’ajouter, « si je fais un clin d’œil aux USA en particulier, c’est parce qu’ils sont un partenaire qui tient à la démocratie, à la justice, à la transparence et aux droits humains. Et nous sommes en train de formuler dans ces domaines précis des mécanismes pour asseoir tous ces principes de manière pérenne ».

Le ministre d’Etat Manjolo en soutenant que les USA ont affecté ces 600 millions Usd directement aux secteurs touchés par la crise, la santé, l’éducation et l’agriculture. Le cas de l’espace Grand-Kasaï, qui est à reconstruire sans oublier les projets incubateurs, inscrits dans la feuille de route du ministère en charge de la Coopération Internationale, Intégration Régionale et Francophonie devant permettra aux étudiants en fin de cycle de créer des entreprises dans leurs espaces de vie et de devenir des entrepreneurs dans l’esprit américain.

Par Lucien Kazadi T.

*

*

Monter

Login

Lost your password?