..."/>

Campagne de sensibilisation des masses dans le district de la Funa : Préoccupations et inquiétudes sur les élections locales égrainées

C’est un éveil de conscience populaire que les organisations Lifded, VSV, Ceformad, YWCA et CCEF ont initié dans le cadre du réseau «SCP», qui bénéficie de l’appui de Pain pour le Monde!
Par LKT

La salle paroissiale de Saint Gabriel, au quartier Yolo-Sud, dans la commune de Kalamu, a servi de cadre le samedi 30 novembre à la deuxième partie de la «campagne de sensibilisation des masses» dans le cadre de l’éveil de conscience populaire sur la nécessité de l’organisation des élections locales, municipales et urbaines en RD Congo.

Ces scrutins prévus dans le calendrier électoral global réaménagé de la CENI (Commission électorale nationale indépendante) mais non encore organisés, alors que le délai pour leur tenue est largement dépassé. Raison pour laquelle, certaines organisations de la société civile se mettent à mobiliser la population, en sa qualité du souverain primaire, d’exiger la tenue de ces autres scrutins indispensables dans la consolidation et le développement de la jeune démocratie rd-congolaise.

La deuxième partie de la campagne de sensibilisation des masses concerne le district de la Funa. La première partie, soit le lancement de cette campagne a été fait au district de la Tshangu. Seuls ces deux districts, de la Funa et de la Tshangu, sont concernés dans la campagne de sensibilisation des masses sur la nécessité de l’organisation des élections locales. Appuyée par l’organisation internationale «Pain Pour le Monde», cette campagne est animée par les organisations congolaises qui sont à l’occurrence la Lifded (Ligue des femmes pour le développement et l’éducation à la démocratie), la VSV (Voix des sans voix), le Ceformad, le CCEF (Centre congolais de l’enfant et de la famille) et le YWCA (Young women’schristian associative).

Si pour le lancement dans le district de la Tshangu, ce sont la Lifded et la VSV qui avaient organisé la campagne de sensibilisation des masses, concernant la Funa, cette responsabilité a été confiée au Ceformad, à la VSV et au CCEF. Ce qui justifie l’intervention de Mme Marie Josée Mavinga, du Ceformad, qui est aussi la coordonnatrice du réseau SCP (Société civile pour la paix) partie Ouest de la RDC, qui a invité surtout les jeunes  à venir nombreux dans ce genre de rencontre pour connaître les droits.

Elle a été assistée dans l’organisation par Mme Emilie Lukombo, chargée de l’administration du CCEF, ainsi que de la secrétaire générale Bibiche Kankolongo de YWCA et de la dynamique Narcia. C’est la coordonnatrice de la Lifded, Mme Grâce Lula Hamba qui a animé, une fois de plus, la matinée d’éveil de conscience. Mais avant, la troupe théâtrale «Molende» a présenté un «sociodrame» sur la nécessité de l’organisation dans le pays des élections locales.

La scénette a été bien comprise qu’elle a facilité la tâche à la coordonnatrice Grâce Lula. Elle a ainsi relevé les préoccupations et inquiétudes des participants. Il s’agissait pour ces participants, venus des communes du district de la Funa et autres, de l’intérêt  soulevé pour les élections locales, municipales et urbaines, bien que déçus pour les échéances passées (les scrutins directs et ceux indirects).

Ils ont aussi compris qu’à travers les locales, la population et ses autorités de proximité peuvent travailler ensemble dans le cadre d’un «plan de développement» de la municipalité. Mais seulement, ils doivent, avant tout, faire un bon choix ou un choix utile pour des gens capables de travailler pour les intérêts communautaires et non pour une personne venant d’ailleurs  ne maitrisant rien de l’entité territoriale décentralisée.

Alors qu’ils ont invité les organisations membres du réseau SCP de continuer avec cet éveil de conscience, les participants ont également relevé quelques inquiétudes de comment savoir si les gens qu’ils vont voter, une fois les locales  organisées, serviront pour l’intérêt de la population. Ils inquiètent aussi que les conseillers communaux, une fois élus, ne vont-ils pas tourner le dos à la population qui les a mandatés ? Les participants à cette rencontre se sont, enfin, montrés pour l’organisation des élections des sénateurs et des gouverneurs des provinces au suffrage direct pour éviter la tricherie comme ce fut le cas qui  lors de ces échéances électorales au sein des Assemblées provinciales.

*

*

Monter

Login

Lost your password?