..."/>

Dans le cadre de la signature d’un plan de coopération : L’ONU accompagne désormais la RDC dans ses priorités de développement

David McLachlan-Kar nation unies et le ministre d'Etat à la Coopération internationale Intégration régionale et Francophonie Maître Pépin-Guillaume Manjolo

Ce plan de cinq ans, qui entre application à partir de ce mois de janvier 2020, a été signé du côté Nations-Unies par le coordonateur-résident en RD Congo, David McLachlan-Karr, et du côté congolais par le ministre de la Coopération Internationale, Me Pépin-Guillaume Manjolo
Par LKT

La République Démocratique du Congo et l’Organisation des Nations unies ont désormais un « Plan cadre de coopération pour le développement durable », qui servira de gouvernail pour les cinq prochaines années en RDC. Le document a été signé, le 30 décembre dernier, à Kinshasa, par le coordonnateur-résident des Nations unies en RD Congo, David McLachlan-Karr, et le ministre d’Etat à la Coopération internationale, Intégration régionale et Francophonie, Maître Pépin-Guillaume Manjolo. C’est un « plan cadre quinquennal 2020-2024 », à travers lequel les Nations-Unies se proposent d’accompagner Kinshasa  dans la réalisation de ses priorités de développement.

Trois axes stratégiques

C’est ainsi que  McLachlan-Karr a expliqué les trois axes stratégiques de ce plan. Il s’agit, pour l’Axe 1, de permettre de la consolidation de la paix, le respect des droits de l’homme, la protection des civils, la cohésion sociale, et la démocratie.  Pour l’Axe 2, de se pencher sur la croissance économique inclusive ; alors que l’Axe 3 permettra l’accès aux services sociaux de base.

Pour sa part, le ministre d’Etat congolais en charge de la Coopération internationale, Intégration régionale et Francophonie, Me  Manjolo, a indiqué que ce « Plan cadre de coopération de développement » fera l’objet d’évaluations séquentielles entre les deux parties. La cérémonie de signature de ce document a marqué la fin d’un long processus d’élaboration de ce plan-cadre  censé permettre désormais aux Nations unies d’œuvrer pour développement de la RDC, dès ce mois de janvier 2020.

Œuvrer  pour la restauration de la paix dans la partie Est de la RD Congo

Aussi, nombreux sont ceux qui invitent les Nations-Unies, à travers sa mission de stabilisation du Congo-Kinshasa (MONUSCO), mission onusienne la plus importante en terme d’effectif, à travailler pour la restauration de la paix dans la partie Est de la RD Congo, en proie depuis presque deux décennies à l’insécurité. Surtout qu’il n’y a pas longtemps, de nombreux ont exigé le départ de la MONUSCO, réputée demeurer sans réaction face aux massacres des Congolais, notamment dans le territoire de Beni, alors que les casques bleus disposent de bases dans cette partie de la province du Nord-Kivu.

Ainsi, la guerre à l’Est face aux ADF et plusieurs groupes armés locaux ainsi qu’étrangers, constituera un premier test de la volonté réellement de l’ONU d’accompagner la RD Congo dans ses priorités, notamment de paix dans cette partie du pays.

*

*

Monter

Login

Lost your password?