Type de recherche

Pétrole : La Française Total rachète l’Anglaise Tullow sur le Lac Albert

Internationale La Tempête des Tropiques Nation POLITIQUE

Pétrole : La Française Total rachète l’Anglaise Tullow sur le Lac Albert

Partager

Des Ongs dénoncent les impacts négatifs sur les populations ougandaises et l’environnement
Par YHR

La compagnie pétrolière française Total a annoncé hier jeudi qu’elle allait renforcer sa participation dans un projet pétrolier en Ouganda en acquérant l’ensemble des intérêts de la société pétrolière britannique Tullow dans le projet de développement du Lac Albert et dans le projet d’oléoduc East African Crude Oil Pipe Line (EACOP), qui doit traverser la Tanzanie. La  » major  » française  doit verser à Tullow 575 millions de dollars US, ainsi que des paiements conditionnels, indexés sur la production et les cours du pétrole.

575 millions de dollars et des paiements conditionnels

Mais ces deux projets géants, menés avec la compagnie chinoise CNOOC, sont dénoncées par des ONG défense de l’environnement et des droits humains, qui les accusent de ne pas tenir  compte des impacts négatifs sur les populations locales et l’environnement.

Six ONG françaises et ougandaises ont ainsi assigné Total pour l’obliger à revoir son  » plan de vigilance « , une disposition imposée à toutes les multinationales par une loi française de 2017.  » Il est question de graves atteintes aux droits humains et à l’environnement « , avaient notamment estimé les associations  » Survie  » et  » Les Amis de la Terre « .

Une opération retardée suite à  des questions fiscales et de  taxation du produit de la vente
Fin janvier de cette année, le tribunal judiciaire de Nanterre, en région parisienne,  s’était déclaré incompétent et avait renvoyé l’affaire devant le tribunal de commerce. Total estimait alors que  » son plan de vigilance est conforme aux dispositions de la loi sur le devoir de vigilance et s’attache à identifier les risques répondant aux préoccupations des associations « .

Le groupe considère par ailleurs s’être  » assuré que sa filiale en Ouganda avait bien appliqué les plans d’actions adaptés afin de respecter les droits des communautés locales « . L’opération annoncée jeudi avait jusqu’à présent été retardée suite à  sur des questions fiscales et la taxation du produit de la vente.

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *