Type de recherche

Violences au Nord-Kivu: appel à une réponse d’urgence aux besoins des personnes affectées

La Tempête des Tropiques Province SOCIETE

Violences au Nord-Kivu: appel à une réponse d’urgence aux besoins des personnes affectées

Partager


Par GKM

Le ministre des Affaires sociales, des Actions humanitaires et de la Solidarité nationale, Modeste Mutinga, et le coordonnateur humanitaire, Bruno Lemarquis, accompagnés de membres de l’équipe humanitaire-pays, ont achevé une mission conjointe dans le territoire de Nyiragongo, dans la province du Nord-Kivu.

Une mission effectuée pour s’enquérir des conséquences humanitaires depuis la reprise des affrontements, depuis le 20 octobre dernier, entre les FARDC (Forces armées de la République Démocratique du Congo)) et les terroristes du M23, soutenus par le Rwanda, afin d’amplifier les opérations d’aide d’urgence en cours.

En discutant avec les personnes déplacées et les familles d’accueil de Kanyaruchinya, localité située à 10 kms au nord de Goma, ainsi qu’avec les acteurs locaux et les autorités provinciales, la mission confirme des besoins humanitaires très importants.
Des milliers de familles ont besoin, entre autres, d’abris, de protection, d’articles ménagers, d’aide alimentaire, de soins de santé, d’eau potable et d’infrastructures d’hygiène. Les familles d’accueil ont aussi besoin d’être soutenues.

Des déplacés internes occupent des écoles et églises

Les acteurs humanitaires estiment qu’environ 280.000 personnes sont déplacées depuis les affrontements, parmi lesquelles plus de 128.000 sont installées dans le territoire de Nyiragongo. La majorité de ces personnes déplacées occupent des écoles, des hôpitaux, des églises et autres sites improvisés, tandis que des milliers d’autres vivent au sein de familles d’accueil. Plus de 7.000 personnes ont trouvé refuge en Ouganda.

“Le quotidien des personnes déplacées est très difficile, malgré la réponse en cours apportée par le Gouvernement congolais et les partenaires humanitaires. Des familles continuent d’affluer dans les environs de Goma. Tandis que le Gouvernement est engagé à résoudre cette crise, l’aide humanitaire demeure cruciale pour la survie des personnes, dont des milliers d’enfants. Au-delà de l’aide humanitaire, il est urgent de trouver une solution à cette crise” a déclaré le ministre Mutinga.

“Nous avons convenu à l’issue d’une rencontre avec les autorités provinciales de la mise à disposition immédiate de site approprié pour l’accueil temporaire des personnes déplacées qui continuent d’affluer” a-t-il rajouté. “Nous continuerons à apporter de l’aide en restant fidèles aux principes humanitaires d’humanité, de neutralité, d’impartialité et d’indépendance qui guident notre action. Les acteurs humanitaires ont besoin d’un accès sans entrave pour pouvoir accéder aux populations affectées.

Il est capital que tous les acteurs concernés respectent leurs obligations en vertu du droit international humanitaire. Cette crise se rajoutant à une situation humanitaire déjà très complexe et dégradée dans plusieurs provinces du pays, notamment à l’Est, les acteurs humanitaires doivent pouvoir disposer des moyens et ressources nécessaires pour faire face à ces multiples besoins et défis.

J’appelle la communauté internationale à apporter d’urgence l’appui nécessaire pour porter assistance aux victimes des conflits, sachant que la meilleure réponse aux besoins humanitaires est le retour à la paix”, a souligné, pour sa part, Bruno Lemarquis, coordonnateur humanitaire.