Type de recherche

Les enfants de 6 à 23 mois bientôt vaccinés contre le paludisme en RDC

La Tempête des Tropiques Santé SOCIETE

Les enfants de 6 à 23 mois bientôt vaccinés contre le paludisme en RDC

Partager


Par N.T.

Tous les enfants de la RDC de la tranche d’âge de 6 à 23 mois vont bientôt être vaccinés contre le paludisme ou la malaria, une maladie infectieuse potentiellement mortelle due à plusieurs espèces de parasites appartenant au genre Plasmodium. Le vaccin antipaludique ” R21/Matrix-M ” va désormais être intégré dans le Programme Elargi de Vaccination (PEV) de routine de la RDC.

Selon une note d’information du bureau de représentation du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (Unicef) en RDC transmise à la presse, un avion-cargo d’Ethiopian Airlines a acheminé à Kinshasa le 13 juin 2024 un lot de 693.500 doses du vaccin antipaludique ” R21/Matrix-M “. Les données les plus récentes issues du système de surveillance épidémiologique du ministère congolais de la Santé publique, Hygiène et Prévoyance sociale et du rapport annuel du Programme national de lutte contre le paludisme (PLNP) de 2022 montrent que les enfants de moins de 5 ans représentent pratiquement 50% des cas de paludisme et plus ou moins 70% des décès dus à cette endémie en RDC.

Les résultats de l’utilisation du vaccin antipaludique dans d’autres pays d’Afrique sont très encourageants

La RDC vient ainsi s’ajouter aux pays africains utilisateurs de ce vaccin recommandé par l’Organisation mondiale de Santé (OMS). Le Ghana, le Kenya, le Malawi, le Cameroun, le Bénin et le Burkina Faso sont des pays d’Afrique subsaharienne qui utilisent déjà ce vaccin avec des résultats probants.

La vaccination avec le “R21/Matrix-M” a entraîné une baisse de 13% du nombre de décès, toutes causes confondues, chez les enfants en âge d’être vaccinés.

La vaccination contre le paludisme a réduit de plus de la moitié le nombre de cas de cette maladie au cours des 12 mois qui suivent l’administration des trois premières doses. Une quatrième dose permet de prolonger la protection. La vaccination contre le paludisme réduit le nombre de fois où un enfant contracte le paludisme. Une réduction de 22% des hospitalisations pour paludisme grave a été observée.

L’utilisation de ce vaccin antipaludique n’a pas réduit l’utilisation des méthodes de prévention ayant prouvé leur efficacité (moustiquaires imprégnées d’insecticide par exemple) ni l’adoption d’autres vaccins infantiles ou le recours aux soins en cas de fièvre. Les résultats sont optimums lorsque la vaccination antipaludique est associée à un ensemble d’interventions de lutte contre le paludisme adaptées au contexte local. La fiabilité du vaccin a été démontrée après l’administration de plus de six millions de doses de vaccin à plus de deux millions d’enfants.

Le vaccin R21/Matrix-M est conçu pour cibler le stade sporozoïte du plasmodium, qui est transmis aux humains par les piqûres de moustiques. C’est durant cette phase initiale que le vaccin s’avère le plus efficace, car il combat les quelques sporozoïtes, allant de 10 à 100, qui pénètrent dans la circulation sanguine avant que le parasite ne puisse se multiplier.

L’introduction de R21/Matrix-M devrait renforcer considérablement les efforts de la RDC pour protéger cette tranche d’âge vulnérable. Ce vaccin contre le paludisme est le résultat de décennies de recherche, de développement de vaccins et de coopération entre les secteurs public et privé. Les chercheurs africains ont été à l’avant-garde du développement de ce vaccin.