Type de recherche

Journée internationale pour l’élimination de la violence sexuelle en temps de conflit : Femmes et filles confrontées à des formes brutales de violences sexuelles

La Tempête des Tropiques Page de la Femme Santé SOCIETE

Journée internationale pour l’élimination de la violence sexuelle en temps de conflit : Femmes et filles confrontées à des formes brutales de violences sexuelles

Partager


Par TSM

L’expression ” violences sexuelles liées aux conflits ” recouvre des actes tels que le viol, l’esclavage sexuel, la prostitution forcée, la grossesse forcée, l’avortement forcé, la stérilisation forcée, le mariage forcé, ainsi que toute autre forme de violence sexuelle de gravité comparable, perpétrés contre des femmes, des hommes, des filles ou des garçons, et ayant un lien direct ou indirect avec un conflit. Cette expression inclut également la traite des personnes à des fins de violences sexuelles ou d’exploitation sexuelle lorsque ces faits surviennent en temps de conflit.

Selon les Secrétaire général des Nations-Unies, António Guterres, les violences sexuelles liées aux conflits ont des effets néfastes à long terme sur les victimes, tout en signifiant qu’elles sont utilisées comme tactique de guerre, de torture et de terrorisme. ” Elles ont des répercussions sur la santé physique, sexuelle, reproductive et mentale et sont en mesure de détruire le tissu social des communautés “, a-t-il ajouté dans son discours lors de la célébration de cette Journée le 19 juin. M. Guterres a également fait savoir que les femmes et les filles sont confrontées à des formes brutales de violence sexuelle, avant de signaler que les groupes armés contrôlent souvent l’accès aux services médicaux.

C’est pourquoi, dit-il, la plupart des femmes et des filles ne consultent pas un médecin en raison de la peur, de la stigmatisation ou de l’insécurité ambiante. ” La destruction des établissements de santé, le meurtre d’agents de santé et les contraintes d’accès humanitaire entravent ainsi l’assistance vitale aux survivants “, a indiqué le Chef de l’ONU. Le haut-fonctionnaire onusien a sollicité l’engagement de tous afin d’éliminer ce fléau, ainsi que la solidarité envers des survivantes. A cela s’ajoute la volonté de protéger les hôpitaux et les établissements de santé en temps de conflit.

Les attaques contre les établissements de santé dans les zones de conflit ont des conséquences dévastatrices pour les femmes enceintes, allaitantes et les nouvelles mères, avec un nombre sans précédent de femmes et de filles qui seraient mortes avant ou pendant l’accouchement.

“La communauté internationale doit ainsi assurer la protection de ces structures car elles sont vitales pour les survivants de violences sexuelles “, a exhorté le Secrétaire général Guterres.