..."/>

A l’initiative de l’ONGDH « ACVDP » : OPJ et magistrats sensibilisés au respect des droits de l’homme

droit de l'homme

L’ASBL « Action Contre les Violations des Droits des Personnes Vulnérables » (ACVDP) a organisé, mardi 10 septembre, une conférence débat sur la sensibilisation des officiers de police judiciaire (OPJ) et magistrats au respect des droits de l’homme. Animée par Me Faustin Gbagba, cette conférence tenue dans la grande salle  de la maison commune de Limete s’inscrit dans le cadre du Projet de sensibilisation pour une meilleure protection des droits de l’homme et la participation citoyenne.

Initié par l’ACVDP pour une première phase allant du 31 août au 10 septembre, ce projet concerne tous les 4 districts de la ville province de Kinshasa. Il est financé par la Maison des Droits de l’Homme ou Centre Carter. L’orateur du jour, Me Faustin Gbagba, a, à cette occasion, expliqué de manière succincte les notions de droits, avant de répondre aux questions posées par les participants qui ont dénoncé des cas de trafic d’influence dont les agents et officiers de la police sont victimes dans l’exercice de leurs fonctions, déplorant le fait que, dans la plupart de ces cas, la hiérarchie qui les mandate ne les assiste pas une fois qu’ils sont traînés devant l’auditorat militaire et accusant les défenseurs des droits de l’homme de les empêcher de faire leur travail.

En revanche, les défenseurs des droits de l’homme reprochent aux agents et officiers de la police de torturer les personnes qu’ils arrêtent, alors que tout individu jouit de la présomption d’innocence et que des textes juridiques nationaux et internationaux interdisent la torture. Pour calmer les esprits, Me Faustin Gbagba a émis le vœu de voir chaque commissariat s’abonner à un barreau afin de permettre aux avocats de défendre les hommes en uniforme victimes de trafic d’influence, au moment où ils sont détenteurs d’un ordre de service dûment approuvé par la hiérarchie.

Par Marcel Tshishiku

*

*

Monter

Login

Lost your password?