..."/>

A l’issue des vacances débutées le 15 décembre 2017 : Ouverture ce jeudi de la session parlementaire de tous les enjeux

assemblee nationale

Le Bureau de l’Assemblée Nationale a confirmé la tenue de la cérémonie d’ouverture des travaux  de la session parlementaire ordinaire pour aujourd’hui jeudi 15 mars. Le Bureau de la représentation nationale a donné cette nouvelle à travers un communiqué officiel, publié la veille à travers les médias.

Il a précisé que cette cérémonie se déroulera dans la salle des Congrès du Palais du Peuple,  siège du Parlement de la République, en présence des députés nationaux, des autorités politiques, administratives, militaires et tant d’autres invités de marque, y compris les membres du Bureau de la haute chambre du Parlement, en l’occurrence le Sénat.

Comme à l’accoutumée, la cérémonie d’ouverture de la session à l’Assemblée Nationale se déroule séparément de celle du Sénat, de sorte qu’Aubin Minaku, président de la chambre basse  du Parlement et les autres membres de  son Bureau aient l’occasion d’y assister également.

Les parlementaires ont commencé leurs vacances le 15 décembre 2017, à l’issue des travaux de la session ordinaire de septembre, prioritairement consacrée à l’examen et à l’adoption du budget de l’Etat pour l’exercice 2018. Ils ont dû prendre part à la session extraordinaire de janvier dernier. Cette session a été convoquée sur demande de Joseph Kabila. Elle a eu pour principal objet la finalisation de la révision du Code Minier de la République Démocratique du Congo.

Ce texte légal a, enfin, a été promulgué sur fond de contestation nourrie par sept compagnies minières dont les responsables sont allés voir Joseph Kabila pour lui demander en vain de surseoir à la promulgation du Code Minier qu’ils jugent défavorable à la bonne marche de leurs activités.

Pareille démarche a obligé des organisations de la société civile congolaise d’appeler avec succès Joseph Kabila à ne pas prendre en compte les revendications de ces compagnies minières. Dans le cas contraire, le Code Minier aurait dû être retourné au Parlement de la République pour une seconde lecture.

A l’heure actuelle, le pays fait face à tant de problèmes liés à la crise multiforme à laquelle il est confronté. Députés et sénateurs ont donc le devoir de se pencher  sur ces problèmes pour l’intérêt de leurs électeurs.

Par Marcel Tshishiku

*

*

Monter

Login

Lost your password?