..."/>

Affaire 686 ex-agents de Marsavco : retrait inattendu de l’employeur de la table de négociations

marsavco

Alors que l’on semblait s’acheminer vers un arrangement à l’amiable du litige opposant 686 anciens travailleurs de la Marsavco regroupés au sein de l’association ATUMA et leur ancien employeur concernant le paiement de la contrevaleur de colis estimée à plus de 20 millions de dollars us, le retrait inattendu des  responsables de cette société  de la table des négociations vient de remettre tout en cause, au grand dam des 686 ex-travailleurs et de l’Intersyndicale nationale du Congo.

Ce retrait de la Marsavco de la table des négociations est très mal perçu par les anciens travailleurs concernés et par l’Intersyndicale nationale du Congo. Réagissant dans une correspondance datée du 1er novembre 2019  adressée à l’Administrateur général de l’ANR, réconciliateur de ce conflit qui a trop duré, l’Intersyndicale nationale du Congo, sous la plume de son coordonnateur national Guy Kuku, et de ses représentants Jacques Kinyamba et Joseph Mwana Vita, reconnait que le patron de l’ANR (sur instruction du cabinet du Chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi) s’était investi pour qu’une solution définitive à ce contentieux soit trouvée.

Dans sa lettre, l’Intersyndicale nationale rappelle également au numéro 1 de l’ANR que, sur sa demande, la partie anciens travailleurs de Marsavco s’était retirée pour se concerter sur les termes de référence et la contre-proposition du montant de 500.000 dollars us que voulait avancer l’employeur. Et à l’issue de cette concertation de la partie ex-travailleurs de Marsavco représentée par l’Intersyndicale nationale, ATUMA, ainsi que Mme l’Inspecteur général du Travail et son Adjoint, les  986 ex-agents lésés ont accepté de ramener le montant initial de 20.878.090 dollars à 15.000.000 dollars us, en partant du principe qui dit que vaut mieux un mauvais arrangement à l’amiable qu’un bon procès.

Curieusement, contre toute attente et à la grande surprise des ex-travailleurs, la partie Marsavco est restée sur sa position et a même décidé de quitter la table de négociation, comme s’il s’agissait d’un cadeau ou d’un don que réclamaient ces anciens agents. L’Intersyndicale nationale  déplore également le fait que, lors  de la réunion tenue le 23 octobre 2019 et présidée par l’administrateur adjoint de l’ANR, la police de débat ait été confiée à la FEC qui est pourtant juge et partie dans cette affaire.

Face à cette volonté manifeste de l’employeur de bloquer le dénouement de ce litige qui a trop duré, l’Intersyndicale Nationale exhorte le numéro 1 de l’Agence nationale de renseignements, en sa qualité de facilitateur dans ce contentieux, à prendre en compte les propositions chiffrées faites par les 686 ex-travailleurs de Marsavco et de donner une position conforme aux lois de la RDC, particulièrement aux articles 7/h, 78, 100, et 101 du Code du travail, et à l’exécution du décret N° 011/17 du 06 avril 2011 signé par le Premier ministre portant paiement de la contre-valeur colis des 686  ex-travailleurs qui se chiffre à 20.678.080 dollars us calculés par l’Inspection Générale du Travail.

Par DMK
.

*

*

Monter

Login

Lost your password?