..."/>

Apres 61 jours de paix : Le Virus Ebola fait encore des dégâts en Ituri

???????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????

Le Bureau Diocésain de la Caritas Ituri sonne l’alarme sur les nouveaux cas de la maladie à Virus Ebola dans la province de l’Ituri. Après 61 jours passés sans un seul cas de ladite maladie, un nouveau cas a été signalé le 1er décembre 2018 dans la cité de Komanda, située à 60 Km de Bunia, chef-lieu de la province. Selon ce bureau provincial de la Caritas Congo asbl, au 06 Décembre 2018 un total de 7 cas a été confirmé dont un nouveau-né.

La maladie a frappé, cette fois, une école qui compte plus de 200 élèves.  Selon la Caritas Ituri, le nombre des contacts à suivre se chiffre à 349 personnes dont il faudra prélever les signes vitaux tous les jours pendant 21 jours. L’inquiétude est grande pour le personnel soignant du Centre de la Caritas Iruri qui manque de matériel de protection.

Il faut noter qu’à ce jour 44 agents de santé ont été contaminés, soit 0,9% du nombre total des cas, parmi lesquels 12 sont décédés, a signalé le Ministre de la Santé, Dr Oly Ilunga.  Pour rappel, l’épidémie de la maladie à virus Ebola dans les provinces du Nord Kivu et Ituri a été déclarée le 01 août 2018, six jours après la fin de celle de l’Equateur. A ce jour, 458 cas ont été signalés avec une mortalité de 59% (271 décès).

Selon Caritas Congo Asbl, l’épidémie à mobiliser grandement la communauté tant nationale qu’internationale pour sa riposte.  Mais l’insécurité qui empêche les acteurs humanitaires de se déployer dans les zones constitue un frein au succès de la lutte malgré les efforts.

Par Carroll Madiya

*

*

Monter

Login

Lost your password?