..."/>

Après le match retour contre la Libye, Léopards : le rêve qui s’envole, la réalité qui s’impose

les leopards de la rdc

Les résultats de la 4ème journée des éliminatoires de la Coupe du monde de football, Russie’2018, ont dessiné les contours de la configuration finale dans le groupe A de la zone africaine.

Si la victoire à Monastir des Léopards sur les Chevaliers de la Méditerranée a permis à la République démocratique du Congo (2-1)  de se consoler du nul lui  imposé à domicile  lors de la journée précédente, la démonstration des forces des Aigles de Carthage sur le Silly national à Conakry (4-1) a confirmé l’élan de la Tunisie de s’envoler l’année prochaine pour Moscou avec l’étendard de cette poule. Le statu quo ante au classement confirmé, l’équipe carthaginoise n’a plus besoin que d’un petit point pour se mettre définitivement au-dessus de la mêlée.

Avec 13 points, l’équipe de Ben Amor a gardé son avance de trois points sur la troupe de Jean-Florent Ibenge. Cette dernière a empoché 10 points depuis le début des éliminatoires. Il faut toujours aux Fauves 3 points pour rattraper, lors de la cinquième et dernière journée, les Aigles.

Si, toutefois, ces derniers courbaient l’échine devant des Libyens qui n’ont gagné qu’un seul match contre la Guinée en 4 sorties. Et, si par on ne sait quel concours de circonstance, cette éventualité se réalisait, il faudrait alors se référait au goal avérage–général puis particulier, afin d’être fixé sur les chances congolaises de pouvoir arracher un ticket pour le pays de Poutine. C’est le rêve que d’aucuns en RDC cultivent sans conviction intime d’ailleurs.

La réalité est que les Léopards ont raté le coche de Moscou le 14 septembre dernier au stade des Martyrs. Quand, menant au marquoir contre les Aigles tunisiens  par 2 buts à 0, ils se sont fait rattraper dans les 10 dernières minutes de la partie. Ce soir-là,  Ley Matampi et ses amis avaient  laissé s’échapper la chance de rejoindre leurs adversaires  au classement, quitte à chercher à les dépasser sur les deux journées qui restaient alors. La Tunisie en a bien tiré partie avec le coup de maître réalisé le 7 octobre en terre guinéenne.

Bien que le football ne soit pas une science exacte, il faudra bien une intervention extraterrestre pour que la Tunisie ne puisse pas, à domicile, obtenir le point qui lui manque pour sa qualification au mondial russe. Au nom du pragmatisme, sinon de la solidarité culturelle. Que pourront les Chevaliers de la Méditerranée sans terre devant l’invisible armada tunisienne  qui a tout balayé –ou presque- sur son chemin ?

  Dieu n’aime pas que les Congolais. Il reste de terminer la campagne, début novembre, la tête haute. Puis tirer, la tête froide, les leçons de ce rêve brisé alors qu’il était à la portée de la main. Penser autrement ne serait qu’une escroquerie.

Par JC Lomboto

*

*

Monter

Login

Lost your password?