..."/>

Assemblée Nationale, Mabunda – Nangaa: une rencontre sans suite

Mabunda et Nangaa

Le bureau de l’Assemblée Nationale a reçu en audience, hier jeudi 6 juin, au Palais du Peuple, siège du Parlement de la République, les membres du bureau de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI).
Les membres du bureau de la représentation nationale, y compris la présidente de cette chambre législative Jeannine Mabunda, se sont entretenus avec ceux du bureau de la CENI, dont Corneille Nangaa, président de cette institution d’appui à la démocratie.

Cependant, l’objet de cette rencontre n’a pas été révélé, d’autant plus qu’en sortant de la salle d’audiences, Corneille Nangaa n’a pas jugé opportun de se confier aux professionnels des médias, à l’instar de tant d’autres invités de marque de la présidente de l’Assemblée Nationale.

Le président de la CENI a préféré s’engouffrer dans sa voiture et s’en aller, laissant les hommes et femmes des médias dans une perplexité si embarrassante qu’ils n’ont pas cessé de se poser la question de savoir quelles informations ils devaient mettre à la disposition des observateurs intéressés aux activités de la chambre basse du Parlement congolais.

Pour combler cette lacune, les analystes osent croire, sauf erreur de leur part, qu’à travers son président Corneille Nangaa, la CENI aurait estimé nécessaire de faire rapport de l’évolution du processus électoral, conformément au calendrier électoral qu’elle avait publié en novembre 2017, aux représentants du souverain primaire, devant qui ses membre ont prêté serment pour leur investiture.

Les analystes rappellent que, contrairement à ce calendrier, l’électorat pour les élections urbaines, municipales et locales n’ayant pas été convoqué à la date indiquée, l’organisation de ces scrutins ne peut plus être envisagée pour l’instant.

D’ailleurs, lors des travaux de la table ronde organisée en mai dernier au Centre Reine de la Paix, à Kinshasa, par les organisations de la société civile, Corneille Nangaa avait clairement déclaré que «la tenue de ces scrutins fait partie des questions que son successeur va trouver sur sa table de travail».  En effet, le mandat de Corneille Nangaa, en tant que président de la CENI, se termine à la fin du mois de juin courant.

Les candidats potentiels aux élections urbaines, municipales et locales ont donc intérêt à avoir leurs apaisements jusqu’à l’installation officielle des membres du nouveau bureau de la CENI.

Par Marcel Tshishiku

*

*

Monter

Login

Lost your password?