..."/>

Assistance aux victimes du Kasaï : La Belgique disponibilise une enveloppe de près de 10 millions de dollars USD

drapeau belge

Le gouvernement Belge vient d’octroyer une enveloppe d’environ 10 millions de dollars américain en faveur de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) et le Programme Alimentaire Mondial (PAM).

L’objectif est d’améliorer les conditions de vie et la sécurité alimentaire et nutritionnelle de près de 18.000 ménages, soit plus de 111.000 personnes vivant dans la région du grand Kasaï. Ce projet sera exécuté avec l’appui du Ministère Congolais de l’Agriculture et les ONG locales.

Grâce à une stratégie d’intervention conjointe développée par la FAO et le PAM, les 18.000 familles issues des provinces du Kasaï et du Kasaï Central trouveront une réponse à leurs besoins alimentaire et nutritionnel. Selon cette réponse conjointe, le PAM, à travers des distributions de vivres et de suppléments nutritionnels, fournit une assistance alimentaire et nutritionnelle d’urgence permettant aux familles de s’alimenter immédiatement. En complément de cette aide alimentaire, la FAO appuie la relance agricole avec des distributions de semences et d’outils aratoires, y compris de formations en techniques agricoles.

Pendant trois à quatre mois, cette assistance alimentaire et agricole devrait permettre aux bénéficiaires d’avoir une alimentation durable et la possibilité de dégager des revenus. Ces personnes auront également la possibilité soit de s’intégrer dans la communauté d’accueil, soit de retourner dans leurs villages après l’accalmie. C’est dans ce sens que l’agriculture joue un rôle clé dans la cohésion sociale, ont reconnu les deux agences des Nations Unies.

Le financement de la Belgique a été salué par la FAO et le PAM étant donné qu’il va favoriser la mise en œuvre des interventions fondamentales, avant de rappeler que «l’ampleur du drame que vivent les populations congolaises réclame une solidarité accrue». Les deux agences plaident également pour une paix durable qui permette à chacun de cultiver sa propre nourriture, de reconstruire ses moyens d’existence et de garantir un avenir plus prospère à ses enfants.

HCR en appui financier

De son côté, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés compte, aves ses partenaires, soutenir 2.100 ménages composés de plus de 16.000 personnes. Il s’agit de l’opération de transferts monétaires aux personnes vulnérables (déplacés internes, familles d’accueil et retournés) dans les provinces du Kasaï Central et du Kasaï Oriental. Ces personnes, indique le communiqué de presse du HCR, recevront de l’argent en espèces ou encore des bons d’achats électroniques afin d’acheter des biens de première nécessité ou de relancer leurs activités économiques.

Il faut noter que les bénéficiaires ont été identifiés dans les localités fortement affectées par les violences pendant la crise meurtrière au Kasaï. Ces localités se trouvent dans les territoires de Dimbelenge et Kazumba (Kasaï Central) et de Kabeya Kamwanga (Kasaï Oriental). La même source indique que 200 ménages de Kazumba recevront aussi une assistance pouvant leur permettre de reconstruire leurs maisons.

« Les évaluations dans la phase préparatoire du programme ont clairement démontré que la destruction des abris est l’un des principaux problèmes qui freinent le retour et la réintégration de la population déplacée. Il y a un besoin urgent de renforcer la réponse humanitaire pour la reconstruction des logements. Le HCR compte élargir ce programme en 2018 après cette première phase », conclut le communiqué de presse.

Par Tantia Sakata

*

*

Monter

Login

Lost your password?