..."/>

Atteinte à la liberté de la presse en RDC: OLPA sollicite l’intervention du Premier ministre Sylvestre Ilunga

Dans une lettre adressée au Premier ministre, le 13 septembre 2019 avec copie pour information au Vice-Premier ministre, ministre en charge de l’Intérieur, Sécurité et Affaires coutumières, au ministre d’Etat à la Communication et Médias, au Président du bureau du Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (CSAC)et aux organisations de la Société civile, l’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA),une organisation non gouvernementale de défense et de promotion de la liberté de presse, exprime ses inquiétudes au sujet de la montée en flèche des actes qui menacent la liberté des médias et des journalistes dans les provinces de l’Est du Congo.

Dans cette lettre, OLPA énumère plusieurs cas d’atteintes à la liberté d’information en Ituri, au Nord-Kivu et au Sud-Kivu documentés entre les mois d’août et de septembre 2019, et interpelle l’autorité pour mettre fin à cette spirale.   En effet, le Comité exécutif de l’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA) a, dans cette correspondance adressée au Chef du gouvernement, fait part de ses inquiétudes et protesté énergiquement contre la recrudescence des atteintes à la liberté de presse dans les provinces de l’Est du Congo, particulièrement en Ituri, au Nord-Kivu et au Sud-Kivu.

Trop d’atteintes à l’Est  du pays

Me Alain Kabongo Mbuyi , secrétaire exécutif de OLPA fait part au Premier ministre Ilunga Ilunkamba des cas des journalistes Richard Pituwa, Nicolas Synte, Placide Ucircan, Paprino Tchombe et Jacques Pazo, respectivement directeurs et animateurs de Radio Canal révélation (RCR), Radio Tam-Tam de Monts bleus et Radio Merveille Bunia, des stations de radio émettant à Bunia, chef-lieu de la province de l’Ituri, qui sont victimes de harcèlement judiciaire. Ces journalistes ont été invités à comparaître devant le Parquet général de Bunia,  du 2 au 12 septembre 2019 pour avoir diffusé dans leurs médias respectifs des émissions aux cours desquelles les invités ont débattu sur la vente présumée de 12 lingots d’or par les autorités provinciales de l’Ituri.

Dans la province du Nord-Kivu, OLPA fait part des menaces qui  pèsent sur le journaliste Paul Zaidi de Radio Télévision Graben Kasindi (RTGB Kasindi), une station communautaire émettant à Kasindi, cité située à 283 kms de Goma. Ce journaliste a reçu de sérieuses menaces de la part des responsables locaux des services de défense et de sécurité. Les auteurs des menaces accusent le journaliste d’avoir diffusé, les 7 et 21 août 2019, une émission intitulée « Meli-Melo Cultura » au cours de laquelle il a mis en cause les responsables de la sécurité dans la fraude douanière dans la filière café et cacao.

L’organisation déplore la mise à sac des installations de la radio du peuple Oïcha, station communautaire émettant à Oïcha, cité située à Beni à 310 kms de Goma. Ce média a été pris  d’assaut, le 9 septembre 2019 à 20 heures (heure locale), par un groupe d’hommes armés en tenue militaire qui ont menacé les agents trouvés sur place avant d’emporter le matériel de la radio (trois ordinateurs, téléphones portables).
L’émetteur de la radio a été sérieusement endommagé et la station a été réduite au silence.

Au Sud-Kivu, Ghislain Bafunyembaka, rédacteur en chef de la radio Tuungane de Minembwe, station communautaire émettant à Minembwe, territoire situé à 148 kms de Bukavu, chef-lieu de la province du Sud-Kivu, reçoit depuis le 10 septembre 2019, des menaces de mort de la part des hommes non autrement identifiés qui l’accusent d’avoir diffusé une fausse information à travers les médias et d’avoir révélé un secret sans plus de précision, signale OLPA.

L’organisation prie le Premier ministre Sylvestre Ilunnga Ilunkamba de bien vouloir peser de tout son poids pour mettre fin à cette montée en flèche des actes attentatoires à la liberté de la presse. Pour OLPA, les actes d’atteinte à la liberté de la presse déplorés dans cette correspondance constituent des atteintes graves au droit d’informer et d’être informé garanti par la législation nationale et les instruments juridiques internationaux dûment ratifiés par la RDC.

En effet, lors de la présentation du programme du gouvernement, le 3 septembre 2019, devant l’Assemblée nationale, le chef du gouvernement a pris l’engagement de garantir la liberté de la presse conformément à la Constitution en revisitant la loi sur la presse et en facilitant l’accès des médias publics et privés à l’information.

Par GKM

*

*

Monter

Login

Lost your password?