..."/>

Aujourd’hui à l’Institut Français de Kinshasa : Le cinéma tunisien à l’honneur avec le film « Hedi, un vent de liberté »

Un vent de passion va souffler aujourd’hui mercredi à partir de 19 h 00 à la Salle de cinéma de l’Institut Français de Kinshasa grâce au film « Hedi, un vent de liberté ». Durant 90 minutes avec son premier film, le  Tunisien le réalisateur Mohamed Ben Attia va transporter les cinéphiles en Tunisie, en entrée libre,  à  Kairouan, peu après la révolution de 2011 et le Printemps arabe.

Une vie toute préparée

Hedi (Majd Mastoura), un jeune homme sage et réservé travaille sans enthousiasme comme commercial. Mais passionné de dessin, il rêve en secret d’un autre destin. Son pays est en pleine mutation, mais lui demeure soumis aux conventions sociales et laisse sa famille prendre les décisions à sa place. Alors que sa mère prépare activement son mariage, son patron l’envoie à Mahdia à la recherche de nouveaux clients. Hedi y rencontre Rim (Rym Ben Messaoud), animatrice dans un hôtel local déserté par les vacanciers, femme indépendante dont la liberté le séduit. Pour la première fois, il est tenté de prendre sa vie en main. Mais sa mère Baya (Sabah Bouzouita) ne voit pas d’un très bon œil son fils « lui échapper ».

Un premier film

Le long-métrage est sorti en 2016 sous le titre original « Inhebbek Hedi » Mohamed Ben Attia signe la réalisation et le scénario. Ce drame avec des accents romantiques a permis à Majd Mastoura, dont c’est seulement le deuxième long-métrage, de décrocher  l’Ours d’Argent du Meilleur acteur lors de la la Berlinale de 2016, où il a été d’ailleurs nommé huit fois.  Les critiques ont apprécié la mise en scène classique du réalisateur,  se concentrant sur son personnage principal.

Par Yves Mitondo

*

*

Monter

Login

Lost your password?