..."/>

Autonomisation de la femme : FESO octroie des fonds de commerce aux femmes des quartiers Ndanu et Nzadi

femmes du quartier Ndanu et Nzadi

Dans le souci d’assurer l’autonomisation de la femme, l’Ong Femmes Solidaires (FESO) à travers son initiative Solidarité des Femmes autour du Fleuve Congo (SOFFLECO), a octroyé, le samedi 15 septembre dernier, des fonds de commerce à plus d’une trentaine de femmes habitant les quartiers Ndanu et Nzadi, dans la commune de Limete.

C’est au siège de FESO que les concernées ont reçu, chacune, une enveloppe des mains de la Chargée de programme de suivi et développement communautaire de FESO, Mme Mignonne Mbombo, qui était accompagnée de Mme Espérance Asanzi, Chargée des Urgences.
A cette occasion, Mme Mbombo a recommandé aux bénéficiaires de pouvoir fructifier l’argent perçu, avant d’assurer que son l’Association assurera le suivi pour évaluer ce qu’elles auront fait des moyens mis à leur disposition.

Mme Mbombo a indiqué que l’assistance financière octroyée  est le fruit de la volonté exprimée par les femmes des quartiers précités lors des tribunes d’expression populaire organisées par la SOFFLECO. Plutôt que de recevoir des biens en nature comme l’avait souhaité l’Ong pour assister les victimes des inondations, ces femmes ont préféré recevoir un soutien financier pouvant les aider à se prendre en charge.
Une fois leur souhait concrétisé, elles n’ont pas caché leur satisfaction. Tel est le cas de Mme Ida Ekomba du quartier Ndanu qui a promis de multiplier son argent afin de générer des bénéfices. Elle reconnaît que l’action menée par SOFFLECO en leur faveur a réveillé leur conscience, tout en demandant aux personnes de bonne volonté de soutenir cette initiative.

Selon Mme Gertrude Belunza, habitante du quartier Nzadi, son argent constitue un véritable capital pour ce qu’elle aura à entreprendre. Elle a également reconnu que grâce à SOFFLECO, elles sont maintenant capables de faire entendre leur voix pour défendre leurs droits. A la question de savoir si FESO avait atteint ses objectifs, Mme Mbombo a fait savoir que «nos objectifs sont atteints parce qu’il n’était pas juste question de remettre simplement de la nourriture et laisser ces femmes dans les conditions dans lesquelles elles étaient en train de vivre. Notre but était de les réveiller.

Maintenant, elles ont pris conscience, connaissent leurs droits et sont capables de les défendre».  Notons qu’après les tribunes populaires, la dotation des outils pour l’assainissement de l’environnement et l’octroie des fonds de commerce, il sera aussi question de distribuer des vivres aux victimes des inondations ayant perdu leurs proches.

Par Tantia Sakata

*

*

Monter

Login

Lost your password?