..."/>

Ce dimanche 14 janvier à l’initiative de Lily Tshimpumpu : Danses folkloriques et nzango au menu d’une marché de santé

Lily Tshimpumpu présidente national de football feminin en rdc

L’escalade du mont Mangengenge en prévision…

La Fédération Congolaise  du Sport pour tous (Fecospt),  sous la conduite  de sa présidente  Lily  Tshimpumpu,  organise une marche de santé  pour personnes de tout âge  ce dimanche 14 janvier. L’activité se déroulera en  itinéraire clos de 10 tours  du  Stade Omnisports des Martyrs de la pentecôte,  soit 10 km, devant déboucher en retrouvaille au rond-point des Huileries dans la commune de Lingwala.

En  prélude de cette marche de santé,   quelques  matchs de nzango moderne,  ainsi que  la nouvelle discipline  appelée communément    « mompila  moderne ». Tout cela, dans un seul souci de  favoriser  les disciplines  traditionnelles,   notamment  l’exhibition des danses  folkloriques  par le groupe tradi-moderne d’obédience  mongo  dénommé « Mabele Elisi ».

c’est ce qu’ a confié hier à la Tempête des Tropiques   le  Secrétaire général  Jean Ghislain  Ekumbo, rapporteur de cette structure et doyen des secrétaires généraux des différentes fédérations.  La marche, qui regroupera  les secrétaires  généraux des diverses   fédérations, tout comme les structures  et mouvements  sportifs  congolais,   « sera une bonne occasion  de réjouissance  ainsi que de détente  pour les personnes de tout âge », a poursuivi l’homme.

Fille de Lucien Tshimpumpu  Wa Tshimpumpu

Il s’agit là  d’un réveil de l’éléphant  pour  Lily  Tshimpumpu, par ailleurs présidente  de la Commission  nationale  de football  féminin  et  présidente  d’une commission  de football africain ,  fille de fer  ayant le sport  dans  le sang, car son défunt père  Lucien Tshimpumpu  Wa Tshimpumpu, fut un  grand  journaliste  sportif  congolais , ministre de la Jeunesse  et des Sports   ainsi que  l’un des  initiateurs   du  combat  de boxe du siècle  ayant  opposé  Mohammed  Ali  à George Foreman en 1974   à  Kinshasa  dans l’actuel Stade  Tata Raphaël.

Il    a ensuite été  président de l’Union  des journalistes  sportifs  africains  et zaïrois.  Lily  Tshimpumpu a affirmé être déterminée à   redorer  le blason,  car bientôt elle organise  une  autre marche aboutissant à l’escalade  du Mont  Mangengenge,   un des sites  touristiques catholique de la RDC.

Sans  autorisation  et sans examens  cardio-vasculaires préalables

Lily  Tshimpumpu a déploré le fait    que la  plupart  des marches  de santé  ayant lieu  à  Kinshasa  ne sont pas bien    organisées, en ce qu’elle se déroulent sans  autorisation  et ne sont pas toujours pas précédées par des examens  cardio- vasculaires.

Elle    pense d’ailleurs que la pratique du sport est recommandée,  mais  il faudrait de prime abord    obtenir  l’autorisation  auprès de la  Fédération  Congolaise  du Sport pour tous, située  au local  10 du Stade des Martyrs,   et passer par le Centre médical  pour des examens  cardio– vasculaires.

La Fecospt  a été créée  par un arrêté  ministériel   en 1999  et a pour mission  d’implanter, vulgariser, réglementer  et contrôler les disciplines  sur l’ensemble  du territoire national, de la base jusqu’au niveau fédéral.  Auparavant,  il y  avait   une commission du sport  pour tous,  dirigée par   Tshimpumpu  Wa Tshimpumpu. Elle devenue à ce jour  une fédération à part entière.

Une marche avec plus de 200 personnes

Dernièrement,  Lily  Tshimpumpu avait organisé avec succès   une marche ayant regroupé  différentes  entreprises,   avec plus de 200 personnes.  La jeune femme s’est distinguée  avec ses moyens propres, sans aucune subvention  interne ou externe, a noté  le SG Jean  Ekambo.   Ce dernier a définit le sport pour tous comme  étant la pratique volontaire ou organisée   d’une activité   physique  ou sportive   ayant  pour  but  la détente  ainsi que  l’épanouissement de la personnalité de l’individu.

Il vise en outre la préservation   tout comme le développement  de  jeux  appartenant  au patrimoine  national   telle la lutte traditionnelle,  connue sous l’appellation  de  « Libanda » ainsi  que d’autres  styles de sport, qui doivent  être  codifiés  et bien implantés au niveau national.

Par Franck  Ambangito

*

*

Monter

Login

Lost your password?