..."/>

Choix du dauphin de Joseph Kabila : Le processus électoral toujours piégé, affirme la société civile de la RDC

Christopher Ngoy Mulunda

Cette organisation continue d’exiger entre autres «une transition sans l’actuel Président de la République» de même que la restructuration de la CENI

Le choix du dauphin de Joseph Kabila porté sur le secrétaire permanent du PPRD (Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie), à savoir Emmanuel Shadary Ramazani est loin de convaincre les formations politiques sur la volonté réelle du régime de Kinshasa de voir les élections prévues le 23 décembre prochain se dérouler dans la transparence et dans un climat apaisé.  C’est le cas notamment de l’Opposition politique, et de certaines organisations de la société civile telle la Société civile de la République Démocratique du Congo.

Cette dernière a donné son point de vue hier jeudi 09 août 2018 au siège du Synecat (Syndicat national des écoles conventionnées catholiques) situé au quartier Kimbangu, dans la commune de Kalamu, à Kinshasa par l’entremise de son coordonnateur-général Christopher Ngoy Mutamba après la désignation du dauphin par le Président de la République.

Aussitôt désigné, Emmanuel Shadary est allé déposer son dossier comme candidat président de la République à la CENI, (Commission électorale nationale indépendante). Le point de vue de cette organisation a été donné par son coordonnateur juste après le rappel par le secrétaire permanent Jean-Bosco Puna du combat qu’elle a mené jusqu’à ce jour.

La transition Sans Kabila maintenue

Pour la Société civile de la RDC, le processus électoral congolais demeure piégé, malgré le choix du dauphin. Par conséquent la structure continue d’exiger «la transition sans Kabila» aussi longtemps que la machine à voter ne sera pas rejetée, et qu’il y aura des doublons dans le fichier électoral réalisé par la CENI, sans oublier les 10 millions d’électeurs sans empreintes digitales signalés et non encore élagués du fichier électoral ainsi que la décrispation politiques qui n’est pas encore effective.

«Le fait que Kabila ne se représentera pas aux prochaines élections ne signifie pas qu’il a respecté l’Accord de la Saint Sylvestre. Loin de là, car les préalables telles qu’ils sont définies et présentés, il en reste d’autres aussi importantes. Il s’agit donc d’appliquer l’Accord dans sa globalité et non-partiellement», a soutenu le coordonnateur Christopher Ngoy.

La Société civile de la RDC dit cependant «oui» à la tenue des élections crédibles, transparentes et apaisées, ainsi qu’à la restructuration organique de la CENI pour mieux garantir l’impartialité de cette institution d’appui à la démocratie en RDC et à la gestion consensuelle du processus électoral. Cette organisation dit également «oui» de manière globale à l’application intégrale de la Résolution 2409 des Nations-Unies et de l’Accord de la Saint Sylvestre, seules dispositions susceptibles de restaurer l’ordre constitutionnel.

Rappel du combat de la Société civile de la RDC

C’est pour cette raison que la Société civile de la RDC invite le peuple congolais à rester vigilant et à ne pas se laisser distraire, mais au contraire à maintenir les pressions pour sauvegarder  le processus électoral. Elle a par ailleurs demandé à la communauté internationale de veiller sur la stricte application de la Résolution 2409, de relever toutes les violations afin d’établir les responsabilités des uns et des autres et de tirer les conséquences qui en découlent.

Concernant le combat mené jusque-là, le secrétaire permanent du Puna a rappelé les pétitions initiées en 2012, qui avaient réuni plus de 46.000 signatures, pour obtenir le départ du pasteur Daniel Ngoy Mulunda de la CENI, les efforts fournis pour empêcher de conditionner la tenue des élections au recensement. Ce qui avait même conduit à l’arrestation et l’incarcération du camarade Christopher Ngoy Mulunda pendant plusieurs mois à la prison centrale de Makala.

Par Lucien Kazadi T.

*

*

Monter

Login

Lost your password?