..."/>

Circulation des armes de guerre et recrudescence de la criminalité à travers la RDC : A quand l’application des réformes à engager ?

kinshasa Des bandits à mains armées présentés par la police

Le nombre des personnes qui meurent en RDC suite aux attaques à main armée ne cesse d’augmenter chaque année dans plusieurs contrées troublées de ce pays ou encore suite au comportement déviant de plusieurs personnes, agissant souvent de façon isolée dans les villes et campagnes, en tuant froidement de leurs armes de guerre d’honnêtes et paisibles citoyens. Devant cette situation qui inquiète tout le monde, une question demeure  sans réponse: d’où proviennent ces armes qui tuent partout, dans un pays sans fabrique d’armes de guerre et où le port d’armes de cette espèce est strictement réglementé?

L’histoire de la République Démocratique du Congo tente de répondre à cette lancinante question, en expliquant que l’accumulation incontrôlée d’armes de guerre dans ce pays avait commencé avec des mutineries au sein de la Force publique coloniale et  des désertions au sein de l’armée nationale Congolaise, au lendemain de l’accession du pays à l’indépendance.

Des changements de régimes politiques avec violence, survenus aux frontières des Etats voisins et autres: 1èr à l’Est: Rwanda, Burundi, Tanzanie et Ouganda; 2ème à l’Ouest: République du Congo, République Centrafricaine; 3ème au Nord: la République du Sud-Soudan; 4ème au Sud: la République d’Angola et le Zimbabwe en sus, bien entendu, des trafics d’armes ayant accompagné les groupes armés commandités de l’extérieur par des groupes d’intérêts politiques et économiques ou des groupes idéologiques et confessionnels terroristes signalés dans les contrées reculées des territoires de Beni et Lubero, au Nord-Kivu.

Il faut un débat national

Il apparait clairement aujourd’hui que la circulation d’armes de guerre et la recrudescence de la criminalité sur l’ensemble de la République Démocratique du Congo sont des problèmes qui relèvent de la compétence exclusive du Gouvernement. Comme on peut le constater, leur solution se trouve dans les réformes à engager immédiatement dans les domaines annoncées à travers le discours d’investiture du président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Mais par où ces réformes à engager doivent-elles commencer? Les spécialistes conseillent au Gouvernement de la République d’appliquer le principe consistant à placer les hommes et les femmes qu’il faut aux places qu’il faut dans les domaines concernés, mais aussi et surtout en s’appuyant sur les lois et règlements existant au pays.

Des observateurs avertis invitent par ailleurs le Gouvernement à se pencher sur l’éternelle question des armes de guerre échangée en leur temps contre des dollars décaissés par l’Etat congolais. Comment l’opération avait-elle été boutiquée ? A quel arsenal les armes de guerre ainsi récupérées ont-elles été versées et par qui ? Dans l’état actuel de la question, est-il recommandable d’abolir la peine de la mort en RDC ? Voilà autant de questions qui méritent un grand débat.

Par Bamporiki Chamira

*

*

Monter

Login

Lost your password?