..."/>

Clôture du mois de la femme : Les kinésithérapeutes militent pour leur affectation à tous les niveaux du système sanitaire

L’Union des Kinésithérapeutes du Congo (UKC) a sollicité, lundi 27 mars, l’implication des autorités ministérielles pour qu’elles facilitent l’affectation de ses membres à tous les niveaux de la « pyramide » sanitaire et la prise en compte de son apport dans l’équipe pluridisciplinaire.

Cette ASBL a lancé cet appel à travers sa présidente Bofosa Félicitée, lors d’une matinée scientifique organisée dans la salle des conférences de l’Institut National Pilote d’Enseignement des Sciences de Santé (INPESS), en rapport avec la clôture des activités du mois de la femme, célébré cette année sous le thème « Les femmes dans un monde du travail en évolution : une planète 50-50 d’ici 2030 ».

L’UKC a également appelé les kinésithérapeutes à cultiver l’esprit de travail en équipe dans la pratique quotidienne de leur profession, dans le souci constant de partager les informations utiles avec les autres membres de l’équipe soignante, en vue d’une bonne prise en charge des patients.

Avant ces détails, l’UKC a tenu à expliciter les difficultés rencontrées par la femme handicapée pour un accès équitable et sans discrimination au monde de travail. Elle a plaidé pour l’élimination des barrières comportementales et environnementales qui entravent la participation de la femme handicapée à la bonne marche de la société, sur la base de l’égalité avec les autres acteurs.

L’accès de la femme handicapée au travail

« En effet, on estime à 300 millions le nombre de femmes ayant un handicap dans le monde, mais seulement 1% d’entre elles seraient alphabétisées ; et encore, seulement ¼ de ces femmes handicapées aurait accès au travail », a enchaîné l’UKC, ajoutant qu’en République Démocratique du Congo, les statistiques font état de 9 millions de personnes vivant avec handicap, dont environ 90 000, font face à des besoins de mobilité.

Dans cette optique, l’UKC a démontré que les femmes kinésithérapeutes réunies en son sein se sont engagées à travailler pour favoriser l’accès de la femme handicapée au travail, au même titre que l’homme handicapé.
L’objectif est, à en croire l’UKC, de susciter une conjugaison d’efforts aussi bien des professionnels de la santé que de tous les acteurs de la réadaptation, en vue d’apporter une réponse adéquate et effective aux problèmes d’accès au travail de la femme handicapée en particulier, et de la personne handicapée en général, pour atteindre les Objectifs du Développement Durable (ODD).

Utilité du kinésithérapeute

Pour conclure, l’UKC a expliqué que le kinésithérapeute est un acteur indispensable dans l’équipe pluridisciplinaire. Il concourt dans la prise en charge des patients dans toutes les spécialités de la médecine, à savoir la traumatologie, l’orthopédie, la neurologie, la rhumatologie, la cardiologie, la pneumologie, la gynéco-obstétrique, la pédiatrie, la chirurgie, l’urologie etc.

Les interventions du kinésithérapeute aident, non seulement à rétablir les fonctions lésées au cours de différentes maladies et à récupérer l’autonomie complète des patients, mais aussi à assurer la réinsertion socioprofessionnelle des malades.

Hormis la cérémonie d’ouverture marquée, en outre, par les adresses du ministre de la Santé Publique, de la représentante de la ministre du Genre, Enfant et Famille …, la matinée scientifique a connu 4 exposés, respectivement intitulés « Kinésithérapie et réadaptation : outils indispensables à la prise en charge des patients et du handicap », « Genre, développement et handicap », « Réadaptation par le sport, comité national paralympique, athlètes », « Rééducation pratique en uro-gynécologie ».

Par Marcel Tshishiku

*

*

Monter

Login

Lost your password?