..."/>

Coach des Léopards dames : Sandra Makombele recommande le travail et la discipline aux joueuses

Coach des Léopards dames Sandra Makombele

L’Actuel Coach des Léopards dames sénior et junior, Sandra Makombele Milezi est licenciée en Education physique et sport à La Havane, au Cuba. Elle est également Coach et fondatrice de l’équipe féminine Promesse Star, créée en 2017. Cette mère d’une petite fille enseigne l’éducation physique dans une école internationale privée de la place. Grâce à l’orientation de son père, elle s’est inscrite en Education physique à l’Université Pédagogique Nationale (UPN), avant de bénéficier d’une bourse d’études pour aller étudier au Cuba où elle s’est spécialisée en football.

C’est depuis l’âge de 15 ans que Sandra Makombele a commencé à jouer au football. La passion pour ce sport est née en elle alors qu’elle accompagnait son frère ainé, Papy Makombele, joueur, à ses différents entraînements.  » J’accompagnais souvent mon frère, qui fût un grand footballeur, aux entraînements. C’est à partir de ce moment que j’ai eu le goût de jouer au football. Mais lorsque j’ai perdu ma mère, j’étais obligée de mettre un terme à cette activité footballistique sur instruction de mon père parce que j’avais un peu négligé les études « , a-t-elle raconté.

Parcours professionnel

Sandra Makombele a fait savoir qu’elle a commencé à exercer comme coach au Cuba en 2008, en entrainant les équipes africaines masculines. En 2011, son pays, la République Démocratique du Congo, lui a confié le poste d’entraîneur des Léopards dames. Une fonction qu’elle assume avec amour, passion et caractère même si la jeune dame reconnaît qu’il n’est pas facile d’assumer une telle responsabilité.

L’oratrice s’est félicitée  de pouvoir profiter de l’encadrement des plusieurs autres Coachs, tels que Zico, Mukeba et Lusadisu. Dans le cadre de sa profession, elle a  participé dans des formations et stages en dehors du pays.
Interrogée sur les difficultés rencontrées en tant que Coach des Léopards, Sandra Makombele s’est montrée réservée, avant de signifier qu’elle est confrontée à plusieurs difficultés. Mais s’agissant du mauvais souvenir, elle dit n’est pas en avoir spécialement ; toutefois, elle regrette le match perdu face au Nigéria.

Et d’ajouter  » on pouvait bien gagner ce match mais on a perdu à cause de beaucoup de difficultés. Cela m’avait fait très mal. En plus, l’équipe nationale dames ne participe pas au tournoi suite à une sanction de 2 ans lui infligée pour avoir désisté en dernière minute alors qu’on devrait aller jouer au Kenya « .

En ce qui concerne sa motivation pour la création de Promesse Star pendant que le football féminin ne génère pas énormément d’argent, elle a indiqué qu' » en tant que Coach, je n’ai pas voulu voir les joueuses éparpillées. Raison pour laquelle, j’ai eu le courage de créer cette équipe parce que la majorité de meilleures joueuses de Kinshasa allaient à l’intérieur du pays alors que nous devrions profiter de tous ces talents pour gagner la Coupe du Congo.

C’est ainsi que je m’étais décidée de faire quelque chose de bien pour faire honneur à la ville-province de Kinshasa « . Son souci est de pouvoir transmettre ses connaissances à ses sportives qui devraient notamment s’inspirer de son expérience et de son parcours.

Soutenir le football féminin

Lors de notre entretien, le Coach Makombele a encouragé les filles qui ambitionnent de jouer au football de pouvoir intégrer une équipe sans se préoccuper du mensonge qui se raconte selon lequel toutes les joueuses sont devenues lesbiennes.  » Je dirais que cela dépend de l’éducation de chaque personne. Je ne crois pas que si l’on veut devenir lesbienne, il y aura quelqu’un qui va vous forcer la main ou bien si vous n’en voulez pas, on va vous imposer ce choix. C’est faux. Il faut venir et savoir garder la bonne conduite.  Je pense que tout ira pour le mieux « .

A en croire la fondatrice de Promesse Star, une joueuse qui veut atteindre le meilleur niveau doit beaucoup travailler et être surtout disciplinée si l’on veut aller très loin dans sa carrière sportive. Il est également question, dit-elle, d’avoir la volonté et la motivation de ce que l’on veut faire et devenir.

Profitant du mois de la femme, l’entraineur Makombele a appelé les femmes Congolaises à soutenir le football féminin comme cela se fait ailleurs dans d’autres pays étrangers. Elle pense que les dames doivent soutenir les filles qui jouent au ballon rond.

Par Tantia Sakata

*

*

Monter

Login

Lost your password?