..."/>

Comme au temps héroïque du roi Léopold et de l’explorateur Henri Morton Stanley : Félix Tshisekedi mise sur le réseau ferré pour accélérer le développement de la RDC

Félix Tshisekedi jyx anniv

Du 14 au 15 du mois de novembre en cours, le président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, a séjourné en république fédérale d’Allemagne. Alors que des diseurs de bonnes aventures à Kinshasa ne cessaient de spéculer sur ses nombreux déplacements à l’étranger, le chef de l’Etat congolais a mis à profit son séjour allemand pour y engager un véritable plaidoyer au profit du développement de son pays, qui ambitionne légitimement de devenir, à court terme, un îlot de  prospérité  au centre du continent africain.

Dans la foulée de ses nombreux contacts avec des dirigeants et opérateurs économiques allemands,   Félix Tshisekedi a réussi à décrocher l’accord de principe de ses interlocuteurs sur l’appui financier à apporter à la RD Congo, en vue de rendre son économie compétitive, sur le plan national et international.

Au nombre des projets vitaux pour lesquels le numéro un rd congolais souhaite obtenir l’accompagnement de Berlin  figure en première place le projet de lancement d’un réseau ferré long de 10.000 kilomètres, avec pour objectif d’accélérer le développement économique en tirant en même temps des régions entières de l’isolement qui favorise les inégalités dans bien des égards, notamment sur les plans social et politique.
D’après des informations largement diffusées par des médias nationaux et étrangers, le chef de l’Etat de la RDC a réussi à convaincre les officiels allemands qui sont prêts à débourser 650 millions de dollars pour concrétiser ce gigantesque projet de développement intégré de la RDC, qui ne cesse d’attirer   l’attention des Etats et des peuples de par le monde !

Une étude approfondie

S’agissant du lancement des 10.000 km de rails destinés à sortir plusieurs contrées du pays de l’isolement, les memes sources indiquent que des experts des deux pays seront mis à contribution, en vue d’étudier tous les aspects du projet pour sa réalisation effective. Mais des craintes ne cessent d’être exprimées depuis l’annonce de cette bonne nouvelle, s’agissant de l’absence criante des cahiers des charges des provinces qui ont probablement des problèmes spécifiques et que le projet, tel quel, qui a été conçu par les autorités, n’a pu intégrer !

D’une manière globale, le projet de porter à 10.000 km le réseau ferroviaire    du pays grâce à un financement attendu du Gouvernement  allemand vise la réhabilitation des voies ferrées existantes et la mise en place de nouvelles lignes de chemins de fer dans les localités où la desserte n’a jamais été assurée, quand bien même celles-ci  ne seraient pas économiquement justifiées !

En effet, certaines régions du pays ont plus d’atouts que d’autres, du point de vue économique : présence massive de réserves minières (cas de l’ex province orientale avec des minerais de fer dont la teneur varie entre 60 et 70%) ; proximité avec d’importantes sources d’énergie et des ports internationaux, pouvant  servir de base à l’industrie de transformation et au commerce d’import-export (cas du grand Kivu, ouvert sur les ports de Mombasa et Dar es Salam) proximité avec les grands axes touristiques de l’Est (cas des parcs nationaux de Kahuzi-Biega, Virunga, Kundelungu, Maïko), proximité avec d’importantes zones agricoles (cas du Nord-Kivu, du Sud-Kivu et Maniema, etc…)

Le projet de construction de 10.000km de voies ferrées en rdc pour accélérer  le développement économique et social est une nécessité vitale, qui doit être encouragée et soutenue. Mais sa mise en œuvre doit faire l’objet d’une étude approfondie pour  ne pas laisser le peuple congolais sur sa soif de sortir rapidement du carcan de la pauvreté dans lequel il sa débat depuis de longues années.

Par Bamporiki Chamira

*

*

Monter

Login

Lost your password?