..."/>

Commune de Kasa vubu, Boulevard Triomphal : Les « Shegués » créent l’insécurité

enfants de la rue

Aucun jour ne se passe sans qu’une personne ne se plaigne au sujet de l’insécurité qui a élu domicile dans la commune de Kasa Vubu, principalement sur le Boulevard Triomphal, tronçon compris entre l’avenue Assosa et l’avenue Kasa Vubu, aux  alentours du stade omnisports des Martyrs et au Pont Kasa Vubu. Tous ceux qui ne sont pas avisés et qui prennent le risque de passer sur cette artère ne manquent jamais de se faire ravir leurs biens de valeur comme téléphones, montres, sacs et argent par des délinquants communément appelés dans le jargon kinois « Shegués » ou  « Phaseurs » sans que personne ne leur vienne en aide.

Avant de commettre leurs forfaits, ces délinquants qui passent tout leur temps dans ce quartier, observent toujours les mouvements de tous ceux qui passent par là pendant la journée comme pendant la nuit. Parfois ils font semblant quand il fait encore jour, mais le pire se passe vers le soir à partir de 18 heures où, après avoir ravi quelque chose, ils se précipitent vers la rivière qui est juste à côté du stade des martyrs et s’y cachent. En dehors de ces actes de délinquance causés par ces voyous, il se passe encore un phénomène bizarre dans ce rayon et jusque-même au croisement des avenues de la Libération (ex-24 novembre) et Victoire.

C’est chaque fois qu’un match de football se joue au stade des Martyrs que certains délinquants encore s’arrangent pour s’attaquer aux paisibles citoyens qu’ils rencontrent sur leur passage avant, pendant ou encore après le match. Une de dernières victimes de cette barbarie est M. Jean Bernard Musamu, journaliste de son état, qui est tombé dans les mains de ses ravisseurs la semaine dernière pendant que le match se jouait au stade entre la RDC et la Tunisie.

Après avoir fini son travail, il a été dépouillé de tout ce qu’il avait dans son sac (camera, deux téléphones, flash disk et une somme d’argent) au niveau de l’Université protestante du Congo (UPC) à 19 heures. Bien avant lui, une étudiante du nom de Paola a été elle aussi victime de ces actes de délinquance  en perdant tout ce qu’elle possédait. Ne sachant pas aussi à quel saint se vouer,  Paola n’avait que ses larmes pour pleurer.

Il convient de rappeler que tous ces actes se produisent non loin des postes de la police nationale congolaise. Au pont Kasa Vubu, il y a un poste de la police, à la tribune du Boulevard Triomphal également on y trouve quelques éléments de la police. Pourquoi ces derniers n’interviennent-t-ils pas ? S’est demandé un jeune étudiant qui a estimé que c’est la non assistance à personne en danger.

La population a besoin d’être sécurisée et c’est la raison pour laquelle l’appel est lancé aux autorités de la Police congolaise pour tout mettre en œuvre en vue de protéger ces paisibles citoyens qui passent souvent par là. C’est ainsi qu’avant que la police intervienne, il est demandé à tous ceux qui prennent souvent cette direction d’être prudents.

Par Thony Kambila

*

*

Monter

Login

Lost your password?