..."/>

Commune de Kimbanseke : Réhabilitation de la route Mokali : la population insiste sur le respect de 8 mois

La Route Mokali  en état de délabrement, le 12 avril 2017 à Kinshasa. Radio Okapi/Ph. Billy Ivan Lutumba

Les  travaux de réhabilitation  de la route Mokali, lancés au mois d’Aout par le premier ministre Bruno Tshibala, dans la commune de Kimbanseke, se poursuivent. Mais les usagers de cette grande artère déplorent le fait que ces travaux avancent à pas de tortue.  C’est pourquoi ils insistent sur le respect de la durée de 8 mois prévue pour le déroulement desdits travaux.

En état de délabrement très avancé, la route Mokali, située dans la commune de Kimbanseke à Kinshasa, est entrain d’être réhabilitée en entièreté. La première étape consiste d’abord à la  construction du caniveau devant conduire les eaux de pluie jusqu’à la rivière.

Mais pour l’instant, l’entreprise Power Master International qui exécute ces travaux a  commencé la construction de ce caniveau à partir de l’arrêt Mango (Marché Fer bois) qui va jusqu’au pont en passant par l’arrêt Ba soulards. Après la construction du caniveau, la deuxième étape  consistera au remplissage de trous, puis viendra l’asphaltage de toute la chaussée.

Une situation qui profite aux taxis-motos

Pendant que les travaux se poursuivent, les usagers n’ont comme moyens de transport les taxis-motos et dépensent beaucoup d’argent pour leur déplacement  ainsi que de leurs marchandises vers les quartiers comme Luebo, Biyela ou Fer bois jusque-là enclavés.

Il faut signaler que lorsque la route était en bon état, à part les taxi-motos, des taxis-bus étaient aussi nombreux à transporter  les personnes et leurs biens du boulevard Lumumba jusqu’à l’arrêt Mango et le Marché Fer bois. Mais, depuis que la route s’est dégradée, les taxi-motos sont restés maîtres du terrain sur ce tronçon. Ces derniers arrivent même jusqu’au pont en passant par l’arrêt Ba soulards, c’est la raison pour la quelle le souhait de ces habitants est que les travaux soient accélérés pour que la situation soient décantée.

   « Les voitures et taxis-bus qui nous transportent à partir du boulevard Lumumba ne peuvent pas dépasser l’arrêt Mango pour aller au-delà, car la route est barrée pour les travaux de réhabilitation », font remarquer commerçants de certains petits marchés de cette partie de la commune de Kimbanseke.  L’un deux explique :

«Les véhicules déchargent nos marchandises seulement ici. Ils ne veulent pas aller plus loin, à cause de l’état de la route et de travaux effectués.  Après cette étape nous sommes obligés de nous   débrouiller autrement pour atteindre les points de distribution. Il nous arrive souvent de recourir aux pousses-pousseurs et avec cette quantité des marchandises, c’est très compliqué. C’est la raison pour laquelle nous demandons à ce que la durée de 8 mois prévue pour l’exécution de ces travaux soit respectée ».

Certains habitants contactés  sur le site, ne croient pas au respect de cette durée car, disent-ils, les travaux avancent à pas de tortue. « Moi personnellement je ne pense pas que dans 8 mois cette route sera complètement réhabilitée », affirme un cambiste opérant le long de cette route.

Mokali : Une des artères principales de la commune de Kimbanseke

Il convient de préciser que la route Mokali est l’une des artères principales de la commune de Kimbanseke,  district de la Tshangu dans la partie Est de Kinshasa constituant la seule voie principale qui débouche sur le boulevard Lumumba.

Compte tenu de son état de délabrement très avancé, les activités économiques sont presque paralysées depuis quelques années dans cette partie très peuplée de la capitale de la RDC. Pour favoriser  la mobilité des personnes et de leurs biens dans cette partie de la commune de Kimbanseke, il était vraiment indispensable que les travaux de réhabilitation de cette route de 5 mètres soient accélérés.

Le Ministère des Infrastructures, travaux publics et reconstruction a confié ces travaux à l’entreprise Power Master International, Ministère provinciale du budget, travaux publics et infrastructures comme maître d’ouvrage, Offices de voirie et drainage comme maître d’ouvrage délégué, BEEA GRACIE Comme bureau de contrôle. Le financement de travaux de cette route est assuré par le Gouvernement central.

Il faut également signaler qu’à cause de cet état de délabrement très avancé, beaucoup de cas d’accidents de circulation sont enregistrés sur cette route. Des accidents causés par les motards qui sont en majeure partie des jeunes de moins de 25 ans qui roulent souvent à vive allure et qui sont habillés souvent en singlets et culottes. La plupart de ces jeunes motards sont des délinquants habitués à prendre de l’alcool et de la drogue.

Par Thony Kambila

*

*

Monter

Login

Lost your password?