..."/>

Commune de Lemba : La surpopulation et l’insalubrité au camp Kabila inquiètent

Le camp Kabila, jadis considéré comme l’un des camps les plus propres de la ville de Kinshasa, est aujourd’hui réputé très sale et surpeuplé. Ce camp est construit le long de l’avenue By Pass, dans la commune de Lemba.

Cette surpopulation oblige les policiers de ce camp à vivre avec leurs familles dans une promiscuité qui porte atteinte à la vie intime. Car, deux à trois familles cohabitent dans chaque appartement dans des conditions du camp oblige aujourd’hui plusieurs policiers à ériger des baraques en bois ou en tôles sur les espaces verts du camp. Conséquence :

même le terrain de football du camp est envahi par ces constructions anarchiques qui ternissent la beauté de ce site militaire.  A certains endroits qui servaient de lieux de divertissement pour les enfants de policiers, des hommes en uniformes sans abris ont érigé des tentes où ils vivent comme ils peuvent avec leurs familles.

Quant aux installations sanitaires du camp, elles laissent à désirer. Face au surpeuplement, les policiers vivant dans les baraques en bois ou en tôles ont creusé des toilettes de fortune appelées « coups directs » à côté de ces habitations. Ces toilettes non hygiéniques dégagent des odeurs nauséabondes et attirent des nombreuses mouches, exposant ainsi les enfants et femmes de ces policiers à diverses maladies.

Certains enfants du camp préfèrent se soulager dans la nature au lieu d’entrer dans ces toilettes où les mouches rivalisent d’agilité. Tous ces spectacles n’échappent pas aux yeux des passants. La majeure partie du camp Kabila n’étant pas clôturer.

Cette promiscuité constitue une menace pour la santé des habitants de ce camp qui sont exposés à des multiples maladies. Une situation qui doit interpeller les responsables de la police nationale.

Par Kakesa Salima (Stagiaire-Ifasic)

*

*

Monter

Login

Lost your password?