..."/>

Commune de Mont-Ngafula : La population demande aux responsables de TRANSCO d’améliorer leur service sur la ligne Cité verte-Zando

transco

En même temps, le système de demi-terrain activé

C’est suite aux difficultés observées depuis quelques semaines sur l’itinéraire Cité verte-Zando (ligne 28) que les habitants des quartiers Masanga-Mbila,  Mitende, Sans fils, Dumez, Maman Mobutu et Télecom demandent aux responsables de la société de transport (TRANCO) d’améliorer leurs services.  Les gens  pensaient que l’avènement de ses bus allait totalement résoudre le problème  des passagers empruntant cette ligne.

On observe plutôt de longues files des personnes attendant les bus, qui parfois arrivent après plusieurs  heures d’attente. Est-ce qu’on ne les affecte pas à d’autres lignes ? Ne cessent de s’interroger bon nombre de passagers qui, à un moment donné, sont obligés de prendre un autre moyen de transport se déplacer ,  bien  que le prix du ticket soit différent.

Difficultés liées aux embouteillages selon un régulateur

Interrogé à ce sujet, le régulateur trouvé à l’arrêt TRANCO du 2ème triangle, dans la commune de Mont-Ngafuala, a évoqué le problème des embouteillages, considérés comme les premières causes de cette difficulté. Les bus partent à l’heure pour venir prendre les passagers, mais c’est en arrivant au niveau d’endroits tels que : le Complexe scolaire Aurore(Comorico), Kintambo Magasin, Allée-verte, Saint Luc, Station Nguma, Ambassade, Météo et Delvaux que surviennent les blocages, qui causent parfois ce grand retard surtout entre 7 heures et 9 heures.

Voulant savoir combien de bus sont affectés à cette ligne, la population de cette municipalité se demande combien de temps cette situation va persister sans être résolue ? Sur cette ligne, pour arriver en ville à l’heure, il faut être à l’arrêt à 5h45’ ou 6h30’ car après ces heures, les passagers sont obligés d’attendre jusqu’à 9 heures ou même 10 heures l’arrivée d’autres bus, chose que bon nombre de gens ne comprend pas.

« On ne peut pas comprendre qu’un passager puisse rester des heures et des heures à un arrêt de bus pour attendre un transport en commun plus qu’hypothétique alors que il existe des bus affectés à cette ligne », a réagi un passager en poursuivant que si cette difficulté est liée au problème des embouteillages, pourquoi les responsables de cette société qui reçoivent les rapports leur donnés par les régulateurs ne peuvent pas chercher à agir autrement ?

« Nous avons salué l’avènement de des bus TRANCO mais aujourd’hui, on est déçu par les services rendus malgré que le ticket coûte moins cher par rapport à d’autres bus », a déclaré une maman tout en se demandant si les responsables de TRANCO sont réellement au courant de ces doléances et ont le souci de bien servir la population, qui depuis un certain temps, arrive au service toujours en retard ?

Ce que pense la population de Mont-Ngafula

N’ayant pas d’autre choix, les passagers des quartiers précités n’ont qu’un seul vœu, celui de voir les responsables de ces bus remédier à cette situation en créant un autre dépôt dans ce district et augmenter le nombre des bus qui y seront affectés pour faciliter,  non seulement le transport des personnes, mais également les aider à arriver à temps aux lieux de travail dans le but d’être en ordre avec la société qui a toujours insisté sur la ponctualité.

L’on se rappelle qu’à l’ouverture d’autres lignes, les bus s’alignaient en grand nombre et embarquaient les passagers à tour de rôle suivant l’heure d’arrivée même le soir. Pourquoi ça ne peut pas être le cas pour la ligne Cité verte-Zando qui embarque une grande population venant de différents quartiers ? Les responsables de la société TRANSCO ont donc intérêt à repenser leur système d’affectation des bus opérant sur cette ligne pour aider les passagers à arriver à temps à leurs lieux de service.

Le système de demi-terrain activé

La difficulté de transport que rencontrent les habitants de Mont-Ngafula profite plus aux chauffeurs des taxis-bus qui trouvent une bonne occasion pour activer le système de petits trajets appelé communément « demi-terrain ». Ces conducteurs, au lieu de transporter les passagers directement de la cité verte au grand marché(Zando), ils préfèrent pratiquer ce système dit demi-terrain pour gagner plus que ce qu’ils gagneraient en temps réel.

Ici il faut retenir qu’un taxis-bus par exemple qui va au centre ville, peut transporter les passagers à la cité verte pour les déposer à l’UPN (premier trajet), de l’UPN à Delvaux(deuxième trajet), de Delvaux à Kintambo/Magasin (troisième trajet) et de Kintambo/Magasin au grand marché(quatrième trajet.

Dans ce cas, de la cité verte jusqu’au grand marché, le chauffeur de taxis-bus peut facilement gagner 1500 FC à 2000 FC au lieu de 500 FC que gagne le bus TRANSCO pour chaque passager pour le même trajet.

Par Thony Kambila

*

*

Monter

Login

Lost your password?