..."/>

Dans le cadre de la visite de travail à Bukavu, Est de la RDC : Le directeur des Opérations de la Banque mondiale pour l’extension et la modernisation de l’Hôpital de Panzi

Jean Carret de la Banque Mondiale et le Dr Denis Mukwege

Le directeur des Opérations de la Banque Mondiale pour la RDC, Jean Carret, a visité dernièrement l’Hôpital général de référence de Panzi et la Fondation Panzi à Bukavu, dans la province du Sud-Kivu, Est du pays. Ainsi, au cours de son séjour à Panzi, Jean Carret a suivi la présentation du projet de rénovation et d’extension du Centre d’excellence de l’Hôpital de Panzi et les réalisations des projets financés par la Banque Mondiale travers le Fonds social de la République Démocratique du Congo, les leçons apprises et la prévision du nouveau projet.

Le directeur des Opérations Jean Carret a relevé, à cette occasion, le partenariat entre la Banque mondiale et Panzi. Ces deux institutions qui travaillent ensemble depuis plusieurs années. Il a annoncé ainsi la disponibilité de financements depuis le 19 juillet 2019. Dans sa discussion avec le numéro un de la Fondation Panzi, docteur Denis Mukwege, le représentant de la Banque mondiale en RD Congo a aussi relevé la possibilité de l’extension de l’Hôpital de Panzi et sa modernisation.

« La Banque mondiale compte contribuer au financement de cette institution hospitalière énormément dans la réparation de nombreuses femmes victimes de viol dans la partie Est du pays.  Jean Carret a particulièrement apprécié le modèle de prise en charge holistique de Panzi, qui essaye de développer au-delà des soins hospitaliers, les soins psychosociologiques, la réinsertion socioéconomique et l’aspect légal. Tout ceci dans un centre d’excellence, c’est-à-dire un centre qui permet aux femmes de s’autonomiser, ont indiqué des sources ».

Les deux interlocuteurs ont discuté sur la possibilité de travailler ensemble pour financer un projet en RDC qui cherche à répliquer cet exemple de centre d’excellence dans les provinces les plus peuplées.   Les femmes représentent la moitié de la population  Conscient de cet enjeu, le représentant de la Banque Mondiale a annoncé la disponibilité de fonds pour les  deux prochaines années de 5 millions de dollars supplémentaires. La Banque Mondiale est ainsi disposée à investir 1 milliard de dollars sur les 5 prochaines années en RDC pour aider le pays à se développer et à réduire le plus vite possible la pauvreté.

La Banque Mondiale pourrait envisager d’investir 500 millions de dollars, a dit Jean Carret qui s’est exprimé sur l’autonomisation des femmes. Il estime que cette intervention consistante en faveur de la femme se justifie dans la mesure où elle représente la moitié de la population congolaise.  « Ce sont elles qui, en général, s’occupent le plus à envoyer les enfants à l’école, et la RDC ne se développera pas si les gens et en particulier les jeunes filles ne restent pas plus longtemps à l’école » a-t-il ajouté.

En effet, la délégation de la Banque Mondiale a bouclé son séjour par une visite guidée des projets opérationnels au sein de la Maison Dorcas, une branche de la Fondation Panzi pour l’autonomisation de la femme et de la jeune fille. Cette dernière a rendu, tour à tour, visite au cercle de formation en coupe et couture, en soins de beauté, celui de l’alphabétisation, de la maroquinerie, en informatique et en broderie. La délégation a également visité l’unité transformation agroalimentaire pour la production du jus de fruits.

25 Jeunes du Chœur de l’assomption de Diocèse de Butembo communient avec le Dr Mukwege

Environs 25 jeunes du chœur de l’assomption de Butembo ont visité l’Hôpital de Panzi au cours de leur excursion scientifique et culturelle. Venus de Goma et Butembo, ces jeunes pour ont préféré commencer leur séjour à Bukavu par le site de Panzi. Cette délégation des « PueriCantores » a été reçue notamment par le Dr Mukwege, au sein de l’hôpital général de référence de Panzi.

Mukwege et ses visiteurs ont ainsi communié dans un culte matinal avant de s’entretenir sur les questions d’intérêt national. Par un jeu de questions-réponses, ces jeunes ont eu l’occasion d’acquérir beaucoup de connaissances auprès de « l’homme qui répare les femmes ». Une visite très riche pour ces jeunes qui se sont dits « honorés » d’avoir rencontré l’homme qu’ils portent réellement ses œuvres à cœur. Pour Elie Kisiku, l’un d’eux, la générosité envers les vulnérables, dont fait montre Dr Denis Mukwege, est un honneur pour toute l’Afrique.

Lors de cette visite, la première du genre, les jeunes choristes ont apprécié un haut niveau de services réservé aux malades au sein de l’Hôpital de Panzi. Pour sa part, Charles Kambale, vice-président du chœur, a soutenu que les responsables des structures sanitaires de la Diocèse de Beni-Butembo doivent apprendre de Dr Mukwege comment hausser le niveau d’organisation de leurs établissements afin de « améliorer la santé de nos familles et celle de notre population ».

 » En fait, les mots nous manquent parce que c’est la première fois que nous voyons des structures aussi organisées comme celles-ci. Nous avons vu toutes sortes de services qui peuvent fonctionner dans un hôpital, et nous avons compris que dans notre milieu, à savoir le diocèse de Butembo-Beni, nous avons beaucoup à faire pour améliorer la santé de nos familles et celle de notre population. Ici à l’hôpital de Panzi, nous avons découvert beaucoup de services qui montrent le niveau d’organisation de l’hôpital », a reconnu Charles Kambale.

« La grande leçon à tirer à la fin de cette visite est que Dr Mukwege est un homme de courage, un homme qui sert son peuple avec beaucoup de courage. Nous voulons qu’il continue dans ce sens, qu’il ne se décourage pas malgré les différentes difficultés que nous rencontrons dans notre pays et dans notre région », a suggéré Kambale, au nom de tout le groupe.

Par GKM

*

*

Monter

Login

Lost your password?