..."/>

Dans le Rapport de ses missions de services comme directeur exécutif du FOPHAC : Me Pindu-di-Lusanga dépeint la situation tragique des personnes handicapées au Gabon et au Cameroun

Me patrick Pindu-di-Lusanga

Le directeur exécutif du Forum des Défenseurs et Organisations des Personnes Handicapées en Afrique Centrale et dans les Grands-Lacs (FOPHAC) a décrit, lundi 9 septembre, dans la ville de  Kinshasa, la situation tragique des personnes vivant avec handicap (PVH) du Gabon et du Cameroun.
Me Pindu-di-Lusanga Patrick a présenté ce tableau sombre lors d’une conférence de presse portant sur la publication du Rapport de ses missions de service effectué dans ces deux pays, indiquant que la lutte pour le respect des droits des PVH dans les pays de la région exige une détermination et des stratégies efficaces.

« Les femmes vivant avec handicap nous ont fait savoir qu’elles sont sous-représentées au sein des institutions étatiques et ne sont pas impliquées dans plusieurs questions, leurs enfants et elles sont objet de discrimination… Au Gabon, il y a une différence entre les allocations des PVH du milieu urbain et (celles) du milieu rural ; bien que la Constitution du pays garantisse la liberté d’expression, les PVH n’ont pas la facilité de créer leurs organisations ; celles des provinces ignorent la journée internationale des personnes handicapées célébrée le 3 décembre chaque année ; il y a également ignorance du Protocole à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatif aux droits des personnes handicapées en Afrique et le Plan d’action continental de la décennie de l’Union Africaine de la part des autorités provinciales, urbaines et locales », a poursuivi Me Pindu-di-Lusanga Patrick, précisant qu’il a séjourné du 21 au 28 juillet au pays cher à feu Omar Bongo et citant nommément les personnalités gabonaises qui l’avaient reçu avec sa compagne Marie-Claire Bia Ambunga, 2ème vice-présidente du Réseau des Organisations des Femmes Vivant avec Handicap d’Afrique Centrale ROFHAC.

L’objectif de la mission était de faire le plaidoyer auprès des autorités gabonaises et du secrétaire général de la Communauté Economique des Etats d’Afrique Centrale (CEEAC) pour la prise en compte des questions de handicap dans les programmes et politiques des Gouvernements et l’organisation des activités de sensibilisation sur les droits des PVH.

Activités organisées

« En ce qui concerne les activités de sensibilisation, le FOPHAC a organisé à Ntoum, au Gabon, la session d’évaluation de la mise en œuvre et d’application du Plan continental de la décennie de l’Union Africaine pour les PVH dans les pays d’Afrique Centrale et de Grands-Lacs ; la session d’information et de formation des organisations des PVH et des institutions publiques sur le Protocole de la Charte Africaine des droits de l’homme et des peuples relatif aux droits des personnes handicapées en Afrique ; la session sur les droits civils et politiques des femmes vivant avec handicap ; la réunion avec  les jeunes en situation de handicap », a rapporté Me Pindu-di-Lusanga Patrick .

Avec le même but, le directeur exécutif du FOPHAC s’est rendu au Cameroun où il a organisé une activité de sensibilisation des femmes vivant avec handicap sur leurs droits civils. Cette sensibilisation a débouché sur la mise en place du Réseau National des Femmes Vivant avec Handicap (RENAFHACAM) et l’élection des 8 membres du bureau de ce réseau. Le FOPHAC  a également sensibilisé les PVH à la Convention relative aux droits des PVH. Il a ainsi convaincu une organisation des femmes handicapées dénommée « Solidarité des Femmes Vivant avec Handicap et Amis Aveugles du Cameroun » d’adhérer au FOPHAC.

Il a annoncé l’organisation, le 17 septembre 2019, à Matadi, chef-lieu de la province du Kongo Central, en RD Congo, de la session d’information et de sensibilisation des femmes handicapées  sur les instruments juridiques régionaux et nationaux relatifs aux droits des femmes en RDC.

Financements

Seront aussi organisées, en octobre 2019, la Troisième conférence internationale des organisations des personnes handicapées de deux Congo, et la Première conférence internationale sur les droits des femmes vivant avec handicap en Afrique Centrale. L’objectif de ces assises est d’inciter les décideurs à intégrer les besoins spécifiques des personnes en situation de handicap dans les stratégies et programmes pertinents de développement durable.

En conclusion, Me Pindu-di-Lusanga Patrick a appelé les organisations des personnes handicapées à  adhérer au FOPHAC afin de bénéficier des financements allant de 500 à 1 500 $ et à consulter, pour ce faire, le site web www.fophac.org
« Déjà, 13 organisations du Burundi, 6 du Cameroun, 4 du Congo Brazzaville, une de Sao Tomé et 13 du Gabon ont adhéré au FOPHAC », a renchéri le juriste.

A la même occasion, le FOPHAC a publié le Rapport sur la situation des PVH au Burundi et au Tchad. Selon ce document, les PVH de ces pays sont confrontées au taux de chômage élevé, à l’exclusion, à l’analphabétisme, aux viols des femmes vivant avec handicap, à la non-assistance sociale par les Gouvernements, au manque d’assistance judiciaire, à la pauvreté, au manque d’infrastructures adaptées aux PVH…
Il a recommandé à la CEEAC de mettre l’accent sur la situation de ces personnes vulnérables pour leur permettre de s’épanouir et de vivre heureuses.

Par Marcel Tshishiku

*

*

Monter

Login

Lost your password?