..."/>

De nombreux transporteurs privés ayant fait défection : Les Kinois contraints depuis lundi à la marche à pieds

transport les Kinois à la marche à pieds

Le délai accordé par l’hôtel de ville à différents véhicules affectés au transport en commun en vue de se mettre en règle avec les dernières recommandations destinées à peindre ces genres de véhicules en couleur jaune, est arrivé à terme le lundi 09 juillet 2018.  Comme à l’accoutumée en pareille circonstance, les conséquences fâcheuses ne se sont pas fait attendre.  Pas assez de véhicules en circulation, beaucoup de monde par contre dans des arrêts bus attendant désespérément un moyen de transport qui tardait de venir.  Des véhicules qui n’arrivaient qu’au compte goute.

Les Kinois étaient dès lors contraints de joindre leur lieu de travail à pieds.  Non pas en effectuant des marches de santé, mais simplement parce que les transporteurs privés ont choisi de garer leurs engins à domicile n’étant pas encore en règle avec les instructions de la mairie et pour parer aux poursuites policières.

Faillite de l’Etat congolais

Cette situation a démontré une fois de plus qu’en ce qui concerne le transport en commun dans la capitale ou ailleurs, l’Etat congolais est toujours impuissant, inexistant, voire démissionnaire.  Avec désinvolture, pour pallier à ce déficit, il a abandonné cette lourde tâche entre les mains des privés qui s’y emploient avec des moyens de bord. Et pourtant le secteur des transports est l’un des plus importants dans la mesure où il régule la vie nationale.  Et ce n’est pas par hasard qu’il a figuré parmi les cinq chantiers de triste mémoire affichés en 2006.

Dans une certaine mesure, Kinshasa a été paralysée hier.  De nombreux travailleurs n’ayant pas pu joindre leur lieu de travail, certains bureaux ont été privés de leurs occupants habituels.  Si cette situation perdure, c’est sera un terrible manque à gagner.

Certes la décision de l’hôtel de ville vaut son pesant d’or.  Il est cependant une impérieuse nécessité de lâcher un peu du lest en vue d’une solution médiane pour éviter que la population ne paye un  lourd tribut. Le peuple congolais déjà meurtri mérite d’être épargné de cette nouvelle corvée.

Par GO

*

*

Monter

Login

Lost your password?