..."/>

Débat sur le rapport de la commission ECOFIN relatif au budget 2020 : Les députés nationaux plaident pour le social du Congolais moyen

Les élus du peuple insistent sur l’augmentation de la part budgétaire réservée aux salaires, la réhabilitation des routes de desserte agricole, les investissements dans le sous-secteur de l’énergie, la surséance au paiement de l’impôt professionnel sur les rémunérations…
Par Marcel Tshishiku

Les députés nationaux ont plaidé, jeudi 5 décembre, pour l’augmentation des allocations liées au social du Congolais moyen dans le projet de budget de l’Etat pour l’exercice 2020. Les élus nationaux ont fait ce plaidoyer lors d’une séance plénière de l’Assemblée nationale consacrée à la présentation, par la commission économique, financière et de contrôle budgétaire (ECOFIN), de son rapport sur ledit projet de loi.

Ils ont, les uns après les autres, fustigé l’absence, dans le projet de budget 2020, d’investissements dans le sous-secteur de l’électricité, en vue d’encourager l’industrialisation du pays ; sur la réduction de la tension salariale jugée trop remarquable entre les différentes couches sociales ; sur l’absence des mesures d’encadrement de l’exécution des différentes rubriques budgétaires, afin d’éviter les abus tels que les dépassements des dépenses et d’éviter de transformer la rétrocession en une loi, alors que cette pratique n’est pas prévue dans la Constitution.

Dans le même ordre d’idées, les élus nationaux ont fait remarquer que les fonds alloués à la réhabilitation des infrastructures sont trop faibles et qu’en plus, la réhabilitation des routes de desserte agricole n’est pas prévue dans ces fonds, au moment où nul n’ignore que les récoltes agricoles pourrissent dans les villages où elles sont produites.

Ils ont également recommandé la surséance au recouvrement de l’impôt professionnel sur les rémunérations (IPR). De l’avis des députés, cette situation est de nature à sacrifier les agriculteurs qui n’arrivent pas à évacuer leurs produits vers les centres de consommation.
Ils ont aussi plaidé pour la valorisation du métier d’agronome, en vue de permettre aux agriculteurs de mettre à la disposition de la population des produits de bonne qualité.

*

*

Monter

Login

Lost your password?