..."/>

Décrispation entre Kinshasa et Bruxelles : La Maison Schengen rouvre ses portes !

Maison Schengen

Cette représentation consulaire qui a officiellement repris ses activités hier mercredi s’appelle désormais Centre Européen des visas (CEV)

L’heure est décidément à la décrispation entre la République Démocratique du Congo et l’Union Européenne, comme l’avait  promis le nouveau président élu de la RDC, Félix Antoine Tshisekedi, dans son discours d’investiture ayant consacré la passation de pouvoir « pacifique et civilisée » entre lui et son prédécesseur, Joseph Kabila Kabange, après les élections présidentielle et législatives du 30 décembre 2018.

Cette décrispation tant souhaitée vient de se concrétiser par la réouverture de l’ex-Maison Schengen désormais appelée   Centre Européen des visas (CEV). Réouverture qui a eu lieu hier mercredi  6 mars dans la matinée, en présence de  plusieurs personnalités diplomatiques.

Redynamiser les liens entre la RDC et la Belgique ainsi que l’UE

Philippe Brochain, Ambassadeur du royaume de la Belgique, Chargé d’affaires A.i de la Belgique en République Démocratique du Congo, a à cette occasion échangé avec la presse tant nationale qu’internationale et répondu aux questions sur la réouverture du CEV. Partant de cet accord,  Philippe Brochain signale que c’est un signe visible et tangible de la redynamisation des liens entre la RD Congo et la Belgique d’une part, et entre le nouveau pouvoir de Kinshasa et l’Union Européenne.

Depuis le début de cette année des signaux étaient envoyés par les autorités congolaises quant à la réouverture de cette représentation consulaire, commune à dix-sept pays de l’Union Européenne  et à la Norvège, gérée par la Belgique.

Pour rappel, lors  de son discours d’investiture, le jeudi 24 janvier, le nouveau président de la RDC, Félix Antoine Tshisekedi, avait notamment déclaré : « Nous aimerions que les discussions déjà entamées puissent aboutir et favoriser la réouverture de la Maison Schengen ».

Une brouille d’un an

Pour rappel, la Maison Schengen  avait fermé ses portes en février 2018 sur décision du gouvernement congolais. Kinshasa n’avait pas apprécié la décision de Bruxelles de lui retirer la gestion d’un fonds  de  25 millions d’euros  pour la confier à des acteurs humanitaires ou de développement. Il s’agissait, pour les autorités belges, de protester ainsi contre la restriction de l’espace politique et la répression des manifestations sous le régime Kabila.

Par YHR

*

*

Monter

Login

Lost your password?