..."/>

Diffusion des supports de propagande électorale : Artistes musiciens et médias audiovisuels appelés à se conformer au respect de l’éthique

Depuis ce jeudi 22 novembre 2018, la RDC est en pleine campagne électorale, période très sensible au cours de laquelle certains candidats ne manqueront pas de solliciter le srvice des artistes musiciens pour leur propagande. C’est pourquoi la Commission  Nationale  de Censure  des Chansons  et des Spectacles  (CNCCS) a pris le soin de mettre en garde les artistes musiciens ainsi que les responsables de programmes de chaines de télévision et des radios émettant sur l’ensemble du territoire national, pour les exhorter au respect strict de l’éthique et la déontologie.

Pour la CNCCS, pendant cette période, tout support  de propagande  provenant  de l’un ou l’autre candidat  aux élections en cours,  doit  avoir été  visualisé  et autorisé  par la Commission  Nationale  de Censure  des Chansons  et des Spectacles  (CNCCS) avant d’être présenté  ou diffusé  au public sur les  antennes  TV  et stations Radio.

Il est question de  vérifier  de leur conformité  aux prescrits de la loi, a averti    le Procureur général  Bernadin  Mayindombe Mway  dans  une note circulaire ayant pour objet  – rappel à l’ordre –  référenciée  Just/Bur. PDT.CNCCS/BMM/DKS/087/2018  adressée aux Directeurs  des programmes  des chaines  de Télévision et Stations  Radio.

L’autorité judiciaire  de cet organe de régulation  dépendant du Ministère de la Justice et Garde des Sceaux dit  se baser sur l’esprit  des dispositions  de l’article 2 du décret  0003 portant création  de la Commission  Nationale  de Censure  des Chansons  et des Spectacles  qui stipule : « La Commission   Nationale   de Censure  des Chansons  et des Spectacles  est chargée  de veiller  à la sauvegarde  de l’ordre   public  et des bonnes mœurs  dans les  chansons   et spectacles  produits  en public  ou à l’intention  du public  en République Démocratique du Congo .

Elle vérifie  notamment  si la chanson présentée  et le spectacle  à  offrir  ne sont pas de nature  à provoquer  la haine raciale  ou tribale  , à porter atteinte à l’honneur  ou à la considération  d’autrui  par des injures , calomnies , diffamations  ou imputations  dommageables , à inciter à la débauche , à la prostitution , au divorce , à la délinquance  ou à toute  autre tendance  nuisible… ».

Comme on le voit, la CNCCS  dont le rôle est de sauvegarder  les mœurs  en tant qu’instrument de moralisation  du Gouvernement affiche sa détermination de restaurer l’ordre dans les rangs des  artistes musiciens   qu’elle gère quotidiennement. Et elle entend se comporter comme l’église au milieu du village, a rassuré  le Directeur  Didier  Kelokelo .

Par Franck Ambangito

*

*

Monter

Login

Lost your password?