..."/>

Disparition du militant Aimé Mpakasa Putru : Le Mouvement citoyen Lucha déplore la lenteur des enquêtes

Le Mouvement Citoyen Lutte pour le changement (Lucha)  se déclare  préoccupé par le fait que les enquêtes et poursuites visant les responsables présumés de violations des droits de l’homme et d’atteintes à ces droits commises pendant le processus électoral de 2011, en janvier 2015, en septembre et décembre 2016, en décembre 2017, et en janvier ainsi que  février 2018, n’ont pas progressé. Ce mouvement demande  que l’on redouble d’efforts pour que les responsables aient à rendre des comptes et que l’impunité soit combattue.

C’est dans une déclaration faite hier mardi 10 juillet à Kinshasa sur la disparition d’Aimé Mpakasa Putru,  militant et agent de l’Etat au centre hospitalier Kabila, du Camp homonyme, situé dans la commune de Lemba. Selon la Lucha, l’homme était devenu un témoin gênant pour certains services de l’Etat congolais, qui estimaient qu’il  pourrait à un moment donné dénoncer les secrets des événements survenus à Kinshasa.

La Lucha reste profondément préoccupée par le niveau constamment élevé des violences, des violations des droits de l’homme et du droit international, en particulier les violences impliquant des attaques ciblant la population civile, le caractère systématique des violences sexuelles et sexistes.

Il y a aussi le recrutement, ainsi que  l’utilisation d’enfants par des groupes armés et les milices, les déplacements forcés et massifs de civils, les exécutions extrajudiciaires et les arrestations arbitraire.
Elle est  consciente de l’effet néfaste de ces  pratiques sur les efforts de stabilisation, de reconstruction et de développement de la République Démocratique du Congo.

Par Julie Muadi

*

*

Monter

Login

Lost your password?