..."/>

Djugu: la forêt de Wago reprise par les FARDC et les assaillants dispersés

Djugu la forêt de Wago

Ces éléments armés y semaient la terreur depuis deux ans

16 ennemis ont été abattus contre trois  blessés dans les rangs des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) lors de la  prise de la forêt de Wago, principal bastion des assaillants ayant semé la terreur depuis deux ans en territoire de Djugu ,  dans la province de l’Ituri. C’est ce qu’a fait savoir  le Major Jerry Gbelo, du service de communication des forces armées.

Neutraliser et mettre hors d’état de nuire

Concernant les autres membres de ce groupe armé, estimé à  plusieurs centaines d’éléments, l’officier a expliqué :« Nous avons neutralisé 16 jusque-là, les autres se sont éparpillés dans la nature » , ajoutant  que l’objectif des FARDC n’était pas de tuer des « civils armés »:

« Il s’agit d’une des communautés congolaises, l’objectif de l’armée était juste de les neutraliser, les mettre hors d’état de nuire, pour que la population retrouve la quiétude » a insisté le Major Gbelo,  rassurant  quant à la poursuite des opérations de ratissage pour s’assurer que l’ennemi ne va pas se réorganiser et réattaquer.

« Il n’y a pas une guerre au monde où l’on extermine tous les ennemis » a estimé quant à lui le Général Civiri, commandant ad intérim du secteur opérationnel de l’Ituri,  qui conduit les hostilités sur le terrain. Joint au téléphone par buniaactualite.com depuis la ligne de front, l’officier supérieur a explicité son discours en se référant aux étasuniens, dont les forces armées déployées en Afghanistan n’a jamais exterminé les Talibans.

Une forêt imprenable jusque là

« L’ennemi est originaire d’ici, il peut se dissoudre parmi la population, il peut traverser le lac Albert pour regagner l’Ouganda, il peut se cacher dans la forêt » a précisé le général Civiri,  qui a remarqué être le premier à marcher sur Wago, une forêt difficile d’accès,  demeurée inexpugnable  pour , l’armée ougandaise pendant son occupation de l’Ituri de  1999 à 2002, ni par la rébellion pro Hema de l’Union des Patriotes Congolais, (UPC), au cours de la même période.

Par YHR

*

*

Monter

Login

Lost your password?