..."/>

Ebola à l’Est : le ministre de la Santé dresse un bilan macabre de 271 décès

Ministre de la Santé publique, Only Ilunga Kalenga

Selon le dernier bilan, le virus d’Ebola a déjà causé 271 décès au Nord-Kivu et 146 personnes sont déjà guéries depuis que l’épidémie sévit dans la  partie Est de la République Démocratique du Congo. C’est ce qui ressort de la conférence de presse organisée hier jeudi à Kinshasa par le ministre de la Santé, le Dr Oly Ilunga, accompagné du Directeur général contre la maladie, le Dr Ndjoloko et du Directeur de Programme Elargi de Vaccination (PEV), le Dr Ngoy.

Après être séjourné à Beni, où l’épidémie a été déclarée le 1er août 2018, le ministre de la Santé a, face à la presse, signifié que 14 zones de santé ont été touchées, dont 3 dans la province de l’Ituri et les autres se trouvant dans la province du Nord-kivu. Cependant, poursuit-il, les foyers les plus actifs actuellement sont ceux de Beni (en diminution), Butembo, Katwa et Komanda.

Concernant  les défis à relever, le Dr Ilunga a indiqué que l’épidémie se retrouve  dans plusieurs centres urbains à forte densité et mobilité de la population, les conflits armés et la résistance constatée dans le chef des certaines personnes. Il en a profité aussi pour déplorer les contaminations enregistrées dans les centres de tradipraticiens et tradimodernes,  constituant l’un des facteurs qui ont prolongé l’épidémie.

Pour le patron du Ministère de la Santé, la vaccination a joué un grand rôle, étant donné que 40.493 personnes ont été vaccinées, dont 11.760 prestataires de soins. Cette vaccination a permis de briser la chaîne de transmission et d’éviter des dizaines de milliers de cas et décès.

S’agissant des traitements thérapeutiques, quatre traitements expérimentaux étaient utilisés, a-t-il informé, avant d’annoncer le  lancement, la semaine du 20 novembre 2018, de l’essai clinique à Beni, avec 3 des 4 traitements : Zmapp, mAb 114 et Remdesivir. Et d’ajouter : « dans le futur, l’essai pourra être étendu aux autres sites et inclure la quatrième molécule ».

Au cours  de cette rencontre avec les professionnels des médias, le ministre Ilunga a renseigné que la RDC en est à sa 10ème épidémie d’Ebola, qui reste la plus complexe. « Sans la longue expérience des experts congolais et internationaux,  ainsi que la disponibilité des nouveaux traitements préventifs, nous sérions probablement déjà sur la trajectoire de l’épidémie de l’Afrique de l’ouest », a-t-il affirmé.

Le patron de la santé en RDC a recommandé une prise de conscience et l’observation des mesures d’hygiène, parce que le risque est toujours présent. « Toutes les mesures sont prises pour contenir le virus », a-t-il déclaré, tout en rassurant que son équipe travaille en collaboration avec la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) pour qu’Ebola ne soit pas un obstacle pour les élections.

Interrogé sur les règles à observer par les candidats en campagne électorale dans des zones touchées par la maladie, le Dr Ilunga dit toujours conseiller notamment le respect des mesures de base d’hygiène (lavage des mains, etc) et le recourt à la documentation sur la maladie.

Par Tantia Sakata

*

*

Monter

Login

Lost your password?