..."/>

En formation depuis mercredi : Les techniciens de la CENI se mettent à niveau sur les technologies électorales

ceni

Cette formation est supervisée par Miru-system, la société sud-coréenne productrice de la machine à voter, à l’intention des agents électoraux

Plus de 110 techniciens de la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) participent, depuis hier mercredi 17 octobre 2018 à Kempiski Fleuve Congo Hôtel, à Kinshasa, à une «formation du niveau zéro» sur la machine à voter.

Supervisée par les experts sud-coréens, cette formation de trois jours a été lancée par le président de la CENI, Corneille Nangaa, en présence de certains de ses collègues du bureau et de l’assemblée plénière de l’organe électoral et du chef de projet de Miru-system.

Le but de cette formation purement technique est de vulgariser, par les techniciens, les technologies électorales et les rendre capables de prendre en charge cet outil électoral. Aussi, la société Miru-system, qui a pris l’engagement d’accompagner la CENI dans la maitrise et la prise en charge de la machine à voter, veut voir comment que les techniciens de deux parties vont travailler jusqu’à la tenue des échéances électorales.

Mais avant, Le rapporteur adjoint de la CENI, le professeur Onésime Kukatula, est intervenu pour indiquer que les centrales électorales à travers le monde ne peuvent pas restées en marge des technologies électorales. Raison d’ailleurs de cette formation qui permet de mettre à profit cette innovation, qui est la machine à voter, a-t-il soutenu.
Selon le président de la CENI, au niveau de son institution, les gens se mobilisent pour permettre à ce que les scrutins du 23 décembre 2018 puissent avoir lieu.

Corneille Nangaa a relevé comme preuve la tenue des formations, la sensibilisation sur la machine à voter et le déploiement de la logistique à travers le pays. Il a aussi précisé que la «formation du niveau zéro» va permettre de créer le corps qui conduira aux élections. Il s’agit d’un «noyau» sur lequel va s’appuyer la CENI pour maîtriser cette innovation électorale.

Ce sont les concepteurs, formateurs des experts au niveau national, eux qui formeront à leur tour les formateurs nationaux, qui bénéficient de cette première formation. Ensuite, les formateurs électoraux provinciaux vont aussi à leur tour former les chefs de centres de vote.
Pendant la formation, les participants s’attellent au contrôle de la qualité de la machine à voter, de sa prise en charge sur le terrain. Il s’agit-là de la fonctionnalité, des pannes et autres opérationnalités de cet outil électoral.

Arrivée des machines à voter

Le président de la CENI a, par ailleurs, donné des précisions sur l’arrivée des machines à voter. Outre le lot de 12.000 machines à voter réceptionnées dernièrement au port international de Matadi, 8.000 autres machines sont arrivées depuis deux jours, et un dernier lot est attendu à partir de la semaine prochaine.

Du côté de Dar-es-Salem, 12.450 machines à voter ont été réceptionnées, pendant que 23.000 autres machines sont attendues ce week-end, et un dernier lot de 8.000 machines arrive la semaine prochaine. Au niveau de Mombassa, un lot de 22 machines à voter est attendu la semaine prochaine.

«Toute la production de ces machines a pris déjà fin. Il n’y a plus des machines à voter restées en Corée du Sud », a conclu le président de la CENI.

Par Lucien Kazadi T.

*

*

Monter

Login

Lost your password?