..."/>

En marge de la visite de FATSHI dans ce pays frère, Coopération RDC-Japon : les attentes des Congolais

Coopération RDC-Japon photo prise par Erick Ks

Le récent séjour du Président de la République Démocratique du Congo au « pays du Soleil levant » aura été une aubaine pour les Congolais qui rêvent depuis longtemps de voir leur pays devenir la première grande puissance économique en Afrique compte tenu de  ses immenses ressources naturelles !

Une aubaine pour la simple raison que le Japon se dit  disposé à aider le peuple congolais à passer de son rêve à la réalité dans le cadre d’un partenariat multiforme, mutuellement avantageux et durable !  Mais quid du contenu concret de ce partenariat dont l’esprit et la lettre échappent au commun des Congolais qui ignore tout des dossiers tenus au grand secret dans le dédale de ministères de bureaux spéciaux de l’Etat et de chancelleries étrangères à Kinshasa ?
La question ainsi soulevée s’adresse aux autres spécialistes des dossiers congolais et non au citoyen lambda plus  préoccupé par son vécu quotidien, mais aussi et surtout par les incertitudes du lendemain !

Les priorités attendues

En effet, nombreux sont les Congolais ordinaires qui continuent à se demander pourquoi ils vivent dans le dénuement dans un pays scandaleusement riche, pourquoi ils vivent dans des taudis de villages perdus dans la forêt ; pourquoi ils n’ont aucun moyen de se rendre de leurs villages à la capitale pour rendre visite à leurs parents dont ils sont séparés depuis de longues années.

Pourquoi ils meurent très nombreux chaque année des naufrages dans leurs rivières à une époque où des bateaux plus sécurisants sont vendus à vils prix dans les pays qui en fabriquent ; pourquoi les haricots qu’ils produisent n’arrivent pas dans les centres de consommation où ils peuvent être vendus à des prix plus intéressants? Etc.

Toutes ces questions trouvent pratiquement leurs réponses dans les prouesses technologiques modernes à négocier avec le Japon pour le compte de la République Démocratique du Congo. C’est le cas de la nécessité des chemins de fer de haute qualité technologique et meilleur marché pouvant relier la capitale aux centres de production de l’arrière-plan ; des constructions navales à Banana, le long des lacs Kivu, Tanganyika et Maï-Ndombe ainsi que des logements sociaux et autres bâtiments d’intérêt public un peu partout à travers la République.

Pour l’immense majorité de Congolais, les infrastructures et autres aménagements cités ci-dessus constituent aussi des priorités absolues. Si bien que les ministres en charge de la formation professionnelle, de l’aménagement du territoire, de transports et communication, de la jeunesse et le Premier ministre devraient être en amont et en aval des négociations souhaitées dans le cadre du partenariat voulu encore plus fructueux entre le Japon et la RDC.

S’agissant du cas spécifique de la ville-province de Kinshasa, la population est impatiente de voir le fleuve Congo sillonné par des Ferry-boats made in Japan en vue de relier Maluku et Kinsuka et les abords de celui-ci par des trains-taxis desservant les communes les plus éloignées du centre des affaires et à très fortes densités de population.

Par GKM

*

*

Monter

Login

Lost your password?