..."/>

ESU : rentrée académique 2018–2019 sur fond de tensions

ESU rentrée académique 2018–2019

A l’UNIKIN, les professeurs sont en grève depuis le 11 octobre dernier, pendant que ceux de l’ISTA et de l’UPN menacent de boycotter cette reprise de cours

Le ministre de l’USU (Enseignement Supérieur et Universitaire), Steve Mbikayi, a procédé, hier lundi 15 octobre, au lancement officiel de l’année académique 2018– 2019 en RD Congo depuis le village de Kaziba, dans le territoire de Walungu, province du Sud-Kivu.

Une rentrée académique qui s’est fait sur fond de tensions, quand on sait qu’il y a des grèves dans certaines institutions universitaires. C’est le cas de l’UNIKIN, (Université de Kinshasa), où les professeurs ont décrété, depuis le 11 octobre dernier, une grève pour revendiquer un certain nombre de choses, notamment le réajustement de leurs salaires par rapport aux véhicules qui leur ont été donné par le Gouvernement. Le ministre Mbikayi s’était même permis de qualifier d’illégale cette grève de l’Association des Professeurs de l’Université de Kinshasa (APUKIN).

Menace de boycott

Alors que cette grève est maintenue, le ministre de tutelle s’est précipité de lancer une nouvelle année académique. On se pose la question de savoir si les cours vont réellement reprendre dans toutes les institutions académiques et universitaires du pays, surtout pour les publiques, dont les revendications de ces professeurs sont loin d’être résolues.

Aussi, si à l’UNIKIN, les professeurs sont en grève, ceux de l’ISTA (Institut Supérieur des Techniques Appliquées) menacent de boycotter la même rentrée académique 2018–2019, apparemment avec les mêmes revendications de demander au Gouvernement de s’impliquer pour l’application du protocole d’accord entre le Gouvernement et l’intersyndicale de l’ESU.

Il a été convenu, dans cet accord signé le 13 octobre 2017, la livraison de 17 véhicules et le remboursement du trop perçu aux professeurs ayant bénéficiés de ces véhicules. Accord qui n’est pas totalement respecté de la part du Gouvernement, selon les professeurs de cette institution, qui de manière unanime soutiennent n’entreprendre aucune activité académique et scientifique pour le compte de la nouvelle année académique si jamais les réponses ne sont pas données à leurs revendications.

A l’UPN aussi

Mêmes les professeurs de l’Université Pédagogique Nationale (UPN) sont catégoriques. Ils ont décrété une grève sèche. Ces membres de l’ l’Association des Professeurs de l’Université Pédagogique Nationale (APUPN) réclament la mise intégrale du protocole d’accord du 13 octobre 2017, contenant des engagements pris par le Gouvernement congolais.

Par LKT

*

*

Monter

Login

Lost your password?