..."/>

Face à ses nombreuses difficultés : La Chambre de commerce congolaise crée une coopérative pour son auto-prise en charge

Cette organisation nationale, qui s’emploie désormais à la promotion de la classe moyenne en RD Congo, a confié à son vice-président et son directeur exécutif Guy Mayele la gestion de cette nouvelle structure

La Chambre de commerce congolaise tient à se réveiller de son profond sommeil après plusieurs années de difficultés liées notamment à l’indifférence de l’Etat congolais, qui n’apporte pas le soutien nécessaire à cette organisation nationale dont la mission est la promotion de la potentialité de la République Démocratique du Congo.

C’est ainsi que pour faire face à ses nombreuses difficultés et relancer ses activités, la Chambre de commerce congolaise a  créé une coopérative pour son auto-prise en charge et son autofinancement. Elle a confié la lourde responsabilité de cette coopérative au vice-président et directeur exécutif Guy Mayele, un serviteur de Dieu, qui vient à peine de rentrer au pays, après avoir longtemps évolué en Ouest-Afrique. Il est donc déterminé à apporter son expérience acquise dans les pays de la CEDEAO (Communauté économique de développement de l’Afrique de l’Ouest).

Entre-temps, la chambre a pour président du conseil d’administration, Ndaye Katena Mfumu ; Mputu David-Paul comme secrétaire général et son adjoint Guy Kiliata. Aussi, la Chambre de commerce congolaise est constituée d’une Assemblée générale, du Conseil d’administration, du Comité de gestion et de différentes directions.

La vision de ces hauts-responsables de la chambre est d’assurer la promotion de la classe moyenne en RD Congo. «Un véritable cheval de bataille» pour la Chambre de commerce congolaise. C’est ainsi qu’elle s’attelle à l’encadrement des PME (petites et Moyennes entreprises) ainsi qu’à l’assistance et à l’accompagnement des membres. Mais avant, il faut faire face à un certain nombre de difficultés de manque de culture d’entreprenariat, de refus de payer les cotisations par les membres.

La Chambre de commerce congolaise qui se relance a du pain sur la planche pour réussir un nouveau pari. Il faut ainsi sensibiliser les membres et autres vendeurs dans la capitale et dans le pays afin qu’ils changent de mentalité. Surtout que l’économie congolaise dépend des étrangers. Elle est aussi contrôlée par les étrangers et demeure extravertie.

Le vice-président et directeur exécutif de la Chambre, chargé de la coopérative, Guy Mayele attend apporter une nouvelle touche en faisant de la transparence sa mode de gestion, de faire régulièrement les rapports des activités ainsi que de rester objectif. La chambre compte donc mener une grande campagne de sensibilisation dans les tous prochains jours pour amener les vendeurs et autres commerçants à adhérer à cette organisation nationale.

Par Lucien Kazadi T.

*

*

Monter

Login

Lost your password?