..."/>

Face aux effets du changement climatique : Les leaders religieux mobilisés pour la protection de la forêt tropicale congolaise

Forêt équatoriale. Photo dentrodeafrica.free.fr

Le ministre de l’Environnement et Développement durable, M. Claude Nyamugabo, a lancé mardi 03 décembre 2019 à Béatrice Hôtel de Kinshasa, un atelier de formation et d’échange d’expériences sur la problématique de la déforestation tropicale. Saluant ces assisses, le ministre de l’Environnement, M. Claude Nyamugabo a exprimé le vœu de voir cet atelier apporter une urgence morale pour éviter les effets dévastateurs du changement climatique.

L’objectif général de cet atelier qui se tient du 03 au 05 décembre est de développer les capacités des leaders religieux et d’autres parties prenantes  pour la mise en place d’un dispositif de lutte contre la déforestation tropicale sur fond d’éthiques et de prescrits divins. C’est, en effet, une réponse rapide qui permet aux parties prenantes d’être en mesure de jouer un plus grand rôle dans la prévention et la gestion des crises résultant de la mauvaise utilisation des ressources environnementales. Elle a l’avantage de susciter dans le chef des confessions religieuses  le goût de s’engager de manière constructive dans le processus de déforestation, pour éviter les risques en lien avec le dérèglement climatique.

La méthodologie de cette formation est basée sur l’approche participative et interactive. Elle privilégie notamment le travail de groupes avec restitution en séance plénière, le dialogue interreligieux sur l’environnement, le partage d’expériences entre participants, la présentation des cas pratiques et concrets, et enfin des contributions pour la conception d’un plan d’action réaliste et réalisable, en vue de démarrer le travail du Conseil consultatif, qui guidera le programme-pays de l’IRI en RDC.

L’Initiative Interreligieuse pour les forêts tropicales vise à mettre en lumière l’urgence morale et à apporter des ressources spirituelles aux efforts mondiaux pour répondre à ces défis climatiques. Il s’agit d’une plateforme permettant aux chefs religieux et aux communautés religieuses de travailler main dans la main avec les peuples autochtones, les gouvernements, la société civile et les entreprises sur des actions qui participent à la protection des forêts en protégeant celles et ceux qui en sont les gardiens.

La terre, une source de vie pour les hommes  

Prenant la parole à tour de rôle, quelques représentants des confessions religieuses qui prennent part à ces assisses de trois jours, ont martelé sur le fait que la terre est une création de Dieu et mérite d’être conservée pour sa gloire.  Pour le Président de la Commission Nationale Episcopale du Congo (Cenco), Mgr Marcel Utembi, cet atelier contribue à la responsabilité écologique dans le sens qu’elle permet de prendre conscience de l’intérêt qu’il y a à protéger la nature.

Le Président National de l’Eglise du Christ au Congo (ECC), le Révérend André Bokundoa-bo-Likabe, a souligné que la question de la protection de la nature est une responsabilité confiée à l’homme par Dieu. Pour l’ECC, la forêt n’est pas seulement un patrimoine, mais aussi la réponse par Dieu aux besoins humains, aux besoins de développement durable.

Pour les musulmans, par contre, le fait que le mot terre est cité 390 fois dans le coran démontre l’importance qu’Allah donne à la terre. Pour eux, aborder ces questions relève de la foi. « Il n’y a pas une mosquée ni une Eglise si la terre est malsaine», a-t-il précisé. Conformément à cette vision, une série d’activités sera organisée à Kinshasa pour lancer le programme-pays de l’IRI RDC. Cet événement s’inspire du modèle du lancement mondial de l’initiative qui a eu lieu au centre Nobel de la paix à Oslo, à Norvège,  en Juin 2017.

Cet événement a vu des chefs chrétiens , juifs, bouddhistes, hindous et taoïstes, et des représentants des peuples autochtones du Brésil, de la Colombie, de la RDC, de l’Indonésie, de Mésoamérique et du Pérou se réunir pour établir des actions, des activités et des jalons prioritaires pour l’initiative dans sa globalité.

Par Carroll Madiya

*

*

Monter

Login

Lost your password?