..."/>

Fêtant hier son premier anniversaire de naissance en tant que Chef de l’État : Félix Tshisekedi face à des clignotants rouges

Félix Tshisekedi jyx anniv

Des critiques contre son partenaire pour l’alternance politique, les appels à bloquer les derniers Arrêts de la Cour constitutionnelle et le regain de l’insécurité en RDC se multiplient, sans oublier les ravages du virus Ebola

Le Président de la République a eu juste le temps de se signaler  pour une escale technique à Kinshasa, en provenance de Malabo, en Guinée Équatoriale, pour reprendre le vol en direction de Bujumbura au Burundi via Dar-es-Salam , où il est arrivé et a eu  déjà le premier contact avec son homologue tanzanien John Magufuli au State house de cette grande ville africaine.

Hier le 13 juin a coïncidé avec le  56ème anniversaire de sa naissance intervenue à Léopoldville, l’ancienne appellation de la ville de Kinshasa. La première fête de son grand jour depuis qu’il est devenu Président de la République, en remplacement de Joseph Kabila à l’issue des élections tenues le 30 décembre 2018. Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo  a été surpris par une cérémonie commémorative à son honneur avant de quitter Malabo, où il a arraché l’Accord de principe du financement par la Banque Africaine de Développement des travaux de Inga III  et du Pont route-rail Kinshasa –Brazzaville, considérés comme des projets intégrateurs.

Le Président Fatshi venait de prendre part aux Assemblées annuelles des conseils des gouverneurs du groupe de la Banque africaine de développement (BAD et Fonds africain de développement) sous le thème : « l’intégration régionale pour la prospérité économique de l’Afrique » qui se clôturent ce vendredi 14 juin à Malabo, où ils étaient ouverts le mardi 11 juin.

En Tanzanie, où il est arrivé hier, il a échangé entre autres sur les perspectives économiques entre les deux pays qui partagent une longue frontière lacustre. Ce, à en croire les indications fournies par la presse présidentielle de la RDC  qui ajoute aussi que les problèmes économiques qui seront aussi  abordés à l’étape de Bujumbura n’éluderont pas ceux relatifs à la sécurité dans la plaine de la Ruzizi.

Mais derrière lui, la tension est très vive avec son partenaire pour l’alternance politique. Les Arrêts rendus publics par la Cour constitutionnelle empestent la situation politique déjà délétère avec le débat provoqué malencontreusement le vendredi 7 juin à l’Assemblée nationale autour de deux ordonnances portant nomination des membres du Conseil d’Administration et de la direction générale à la SNCC et à la Gécamines. Non seulement une motion a été initiée pou jeter l’opprobre sur le Président de la République, mais aussi des propos discourtois ont été tenus à son endroit, mettant en mal la coalition FCC-CACH que d’aucuns considèrent l’ex MP ne pas jouer franc jeu.

Aujourd’hui, les combattants de l’UDPS et ceux du PPRD investissent les rues et les médias en ruminant de colère, chaque camp avec ses arguments pour se justifier par rapport à l’action entreprise. La violence se trouve malheureusement au rendez-vous chaque fois qu’il y a descente sur terrain. En plus de la capitale, ces différentes scènes sont aussi vécues dans plusieurs villes de la RDC. Il s’observe pendant la même période des manifestions contre les Arrêts de la constitutionnelle.

Les uns comme les autres demandent à Félix Tshisekedi de s’assumer face à la coalition FCC-CACH et aux décisions de la Cour constitutionnelle, en sa qualité de Magistrat suprême. Véritable dilemme  dans cet environnement où l’insécurité semble revenir avec force dans cette partie du pays, à l’instar de la province de l’Ituri, sans oublier la maladie à virus Ebola qui y ravage la population en progressant au-delà des frontières congolaises.

Par MKM

*

*

Monter

Login

Lost your password?