..."/>

Fleuve Congo : l’Accord de Transfèrement vers le Tchad attendu à l’Assemblée Nationale

fleuve congo

Selon la députée Eve Bazaiba, cet Accord a été signé en 2005 par les présidents congolais Joseph Kabila ; tchadien Idris Déby et centrafricain François Bozizé

La députée nationale Eve Bazaiba a émis le vœu de voir le texte de l’Accord signé en 2005 entre les Chefs d’Etats congolais Joseph Kabila ; tchadien Idris Déby Itno et centrafricain François Bozizé, mis à la disposition de l’Assemblée nationale, en vue de permettre aux élus nationaux de s’imprégner du contenu de cette convention.

Mme Eve Bazaiba a formulé cette recommandation lors de la séance plénière de la Représentation Nationale consacrée à l’audition du ministre de l’Environnement et Développement Rural, Amy Ambatobe, en rapport avec le transfèrement des eaux de la rivière Ubangi, un des plus grands affluents du fleuve Congo, vers le lac Tchad menacé de dessèchement.

La députée a commencé par expliquer que la rivière est une source hydraulique importante pour l’approvisionnement du fleuve Congo et que le transfèrement de ses eaux aura comme conséquences, le dessèchement du fleuve Congo et de la célèbre cuvette centrale, la mise à l’arrêt du barrage hydroélectrique d’Inga, voire la désertification du territoire national de la République Démocratique du Congo.

Application de la loi sur la gestion des eaux en RDC

« La biodiversité de la RDC va en pâtir et, à coup sûr, s’en suivra la perturbation du fonctionnement du bassin du Congo qui constitue le deuxième poumon du monde », a dit Eve Bazaiba, rappelant qu’en février 2018, les Présidents du Tchad, Nigeria, Niger et Cameroun ont, à l’issue d’une réunion, décidé de relancer le projet TRANSAQUA. Ils ont mis en place une armée sous-régionale pour protéger le lac Tchad.

Ce projet a été initié dans les années 90 par la société italienne BONIFICA pour concrétiser le transfèrement des eaux de la rivière Oubangui vers le lac Tchad, en passant par Chari et à travers un canal long de 2 400 km. Ce canal irait de la RDC et passerait par la République Centrafricaine, pour un budget évalué à 14 milliards de dollars américains. Il va drainer trois autres rivières du Nord-Est du territoire de la RDC, à savoir Arwimi, Lindi et Lowa.

Pour ce faire, BONIFICA s’est associée à l’entreprise chinoise dénommée « Power China ». Outre la stabilisation de la surface du lac Tchad, le canal faciliterait l’irrigation de près de 7 millions d’hectares et produirait près de 35 milliards de KWh d’électricité par an. La députée nationale a, enfin, recommandé l’application de la Loi n°15/026 du 31 décembre 2015 relative à l’eau.

Par Marcel Tshishiku

*

*

Monter

Login

Lost your password?