..."/>

Le Fonds mondial à travers SANRU apporte un appui important à la lutte contre la malaria en RDC

Sanru

L’Association sans but lucratif SANRU (Soins de santé en milieu rural) a organisé mardi à son siège à Kinshasa-Gombe, en collaboration avec le Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP), un briefing à l’intention des professionnels des médias et des professionnels du théâtre. C’était en prévision de la Journée mondiale de lutte contre le paludisme commémorée ce mercredi 25 avril 2018. Le thème retenu cette est « Prêt à combattre la malaria ».

Deux orateurs se sont succédé à la tribune. La Docteure Fernandine Panzu, responsable du programme de lutte contre le paludisme à SANRU Asbl, a parlé de l’appui que le Fonds mondial de lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme, à travers SANRU, apporte à la lutte contre la malaria en RDC. Michel Itabu, chef de division de la communication au PNLP, a parlé de la politique nationale de lutte contre le paludisme en RDC.

La malaria est une maladie grave qui peut entrainer la mort si elle n’est pas vite et bien soignée. La RDC est le 2ème pays le plus touché par cette maladie en Afrique et dans le monde après le Nigeria.  Depuis 2003, la RDC bénéficie d’un appui important du Fonds mondial dans sa lutte contre la malaria. Actuellement, SANRU Asbl est le principal récipiendaire de l’appui financier du Fonds mondial pour la lutte contre le paludisme en RDC.

Selon la Dr Fernandine Panzu, pour la période 2018-2020, 322 zones de santé sur les 516 que compte la RDC bénéficient de l’appui du Fonds mondial, à travers SANRU, dans la lutte contre le paludisme. SANRU travaille avec les sous récipiendaires que sont les ONG, les confessions religieuses, les zones de santé,….

Ainsi, SANRU fournit aux zones de santé le médicament appelé Sulfadoxine/Pyrimethamine pour le traitement préventif intermittent de la femme enceinte, des moustiquaires imprégnées d’insecticide pour les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes, les tests de diagnostic rapide du paludisme et des médicaments appelés ACT (combinaison thérapeutique à base d’artémisinine) pour le traitement des cas diagnostiqués positifs.

Les intrants contre le paludisme sont gratuits

Le Dr Panzu a insisté sur le fait que tous ces intrants (médicaments, tests de diagnostic rapide, moustiquaires) sont gratuits dans les centres de santé et hôpitaux qui les reçoivent de SANRU à travers les zones de santé.

Elle a lancé un vibrant appel à la population pour qu’elle dénonce toute personne qui met en vente les médicaments, les tests de diagnostic rapide et les moustiquaires imprégnées d’insecticide fournis par SANRU et d’autres partenaires. Cette Asbl procède aussi à la distribution de masse des moustiquaires imprégnées d’insecticide et appuie la mobilisation sociale contre la malaria.

SANRU s’est fixé pour objectif de réduire de 50% la mortalité due au paludisme et de 25% la morbidité due à cette maladie. Michel Itabu, du PNLP, a indiqué que la politique nationale de lutte contre le paludisme a pour objectif de faire reculer cette maladie en RDC.

Par N.T.

*

*

Monter

Login

Lost your password?